Contact




m
Connectez avec:
lundi 21 mai 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilDossiersMars 2018Chrétienne et chef d’entreprise : “Je prie pour mon équipe”

Chrétienne et chef d’entreprise : “Je prie pour mon équipe”

Mylène Huetz est responsable salariée du café associatif Oh my goodness à Strasbourg depuis deux ans et demi et gère une équipe composée de neuf personnes et d’une quinzaine de bénévoles.

 

La jeune femme, qui a une formation de manager et avait travaillé auparavant dans un grand groupe textile à Paris, ne veut pas être « un petit chef ». « J’ai choisi de travailler dans une association car, au contraire d’une entreprise, je ne travaille pas pour l’enrichir. Un effort collectif est fait, à la différence d’une entreprise où chacun cravacherait pour sa pomme. »

 

Faire de l’argent n’est pas mon but

Être employé dans une association suppose néanmoins la recherche d’argent, le paiement des salaires, l’embauche et le management, inhérents à toute entreprise. Mais pour Mylène, le milieu associatif permet plus facilement de conjuguer sa foi et son travail. « Je souhaite être attentive au bien-être de l’équipe, j’aime les gens. Mon but n’est pas de faire de l’argent mais de faire grandir l’équipe et que les clients soient satisfaits. » La responsable du café a néanmoins connu parfois des difficultés avec son équipe. « Il y avait une personne qui n’arrivait jamais à l’heure ou ne venait pas du tout et j’ai eu beaucoup de mal dans les relations avec elle, je voulais la virer. »

 

Fermeté et bienveillance

C’est grâce au soutien du conseil d’administration d’Oh my goodness et en discutant avec l’employé que la situation s’est améliorée. « En tant que manager, on doit aussi prendre en compte les situations des gens qui ne peuvent pas toujours laisser de côté leur vie personnelle en allant au travail. Et l’on gagne en efficacité car la personne se sent comprise. »

 

Mylène Huetz estime avoir pu construire son propre management, empreint à la fois de bienveillance et de fermeté :

« Ma foi impacte ma façon de gérer une équipe : dans les prises de décision, dans la formation, je suis guidée par mes valeurs chrétiennes. Avec les employés chrétiens, nous pouvons parler de foi derrière le bar, avec ceux qui ne le sont pas, je ne fais pas de prosélytisme et nous avons des discussions intéressantes sur le monde. Dans tous les cas, je prie pour tous ceux de mon équipe. Et je sais que l’on prie pour moi. »

Même si Mylène Huetz se sent bien dans son entreprise, elle envisage néanmoins de « voir autre chose » et de retourner dans une entreprise « classique » :

« Je souhaite être un témoin ailleurs pour obéir aux commandements de Jésus qui nous invite à faire des disciples. »

Fabienne Delaunoy, Le Nouveau Messager

 

 

(Visited 32 times, 1 visits today)

Etiquettes

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.