Contact




m
Connectez avec:
dimanche 25 février 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilDossiersDossier du mois«Rivages», filmer les gens des rues

«Rivages», filmer les gens des rues

Réalisatrice de films documentaires, Simone Fluhr témoigne de sa rencontre avec les personnes de la rue.

 

Je me suis toujours occupée des cabossés de la vie. Pendant 32 ans, j’ai travaillé comme éducatrice spécialisée, notamment auprès des demandeurs d’asile. Comme je ne sais pas me protéger, j’étais usée jusqu’à la corde. À un moment, je ne me sentais plus la force d’accompagner les gens dans leur galère et je sentais que j’allais y laisser ma peau. Par contre, je peux toujours témoigner. J’ai donc pris ce nouveau cap en réalisant des films-documentaires. « Rivages » est le film que j’ai réalisé grâce à ma rencontre avec Johnny, Jean-Luc et Monique, ces personnes de la rue.

 

Simone Fluhr

Force de vie

Le nom du film se réfère au fait qu’ils sont tous les trois au bord de l’eau. Tous auraient pu faire naufrage mais ils sont accrochés à une forme de rivage. Ils n’ont pas coulé et ils sont même debout. Chacun porte en soi une force, une flamme de vie. Aujourd’hui, Monique n’habite plus dans la rue mais la rue continue de l’habiter. Si elle s’en sort, c’est parce qu’elle se préoccupe de ceux qui y sont encore. Elle est la porte-parole du collectif des SDF.

J’ai souhaité faire leur connaissance et apprendre qui se cache derrière ces silhouettes anonymes que l’on voit dans les rues. Une des découvertes, c’est que tous ont une expression artistique. Je pense à Jean-Luc qui vit sous un pont. Plutôt que d’acheter un réchaud, il préfère manger ses raviolis froids dans la boîte et dépenser ses sous pour acheter des crayons de couleur.

Cette découverte m’a amenée à poser la question suivante : la survie, est-elle uniquement boire ou manger ou est-ce quelque chose d’autre qui élève ?

Ce film pose aussi la question du choix. Toutes ces personnes n’ont pas choisi de naître dans un univers particulier mais ils assument ce qu’ils vivent. Ils ne se positionnent pas comme des victimes.

 

Applaudis

Un grand moment pour moi a été le jour où le film a été projeté en avant-première. Johnny, Jean-Luc et Monique étaient tous là. Ils se sont retrouvés au premier rang.

À l’issue de la projection, quand les trois sont partis, le public les a applaudis. Je suis heureuse si ce film contribue à faire changer le regard sur les personnes de la rue.

Pour voir ce film, le dvd est disponible sur le site dorafilms.com.
Je vous donne aussi rendez-vous au cinéma l’Odyssée de Strasbourg, ce 9 février à 20 h, l’entrée est libre.

Simone Fluhr
dorafilms.com

(Visited 13 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.