Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
samedi 18 août 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilDossiersFévrier 2018Porte-parole du Christ dans la rue

Porte-parole du Christ dans la rue

 

Paulette et frère Michel au cours d’une maraude

 

Cathy Weiss est responsable de l’aumônerie de rue. Elle revient sur ce que cet engagement implique au regard de sa foi.

 

Détricoter la vie pour en extraire juste l’aspect « foi », c’est compliqué et j’ai peur de laisser tomber des mailles.

Pour l’aumônerie de rue, mon engagement était dans la suite logique de mon travail à Caritas Secours Catholique d’Alsace. Je n’avais pas besoin de choisir dans quel bénévolat je voulais m’engager. Il me semblait, que quels que soient les points cardinaux de mon âme, je savais que c’était la direction de mes choix et aussi, que cela collait à l’Évangile et à la manière dont je voulais le vivre. Mais, ce n’est pas aussi simple, car l’adhésion doit être solide et durable. Elle doit pouvoir se vérifier et se consolider dans l’action, la réflexion, la relecture, la prière et dans l’intime de l’âme. Dieu est l’aiguille qui supporte le tricot et, moi, dans ma liberté, je choisis le modèle que je souhaite réaliser. Dans mon modèle, il y a aussi l’aumônerie de rue. Elle est dans ma vie. Ni plus, ni moins. Elle EST ! L’Évangile me donne des propositions de tricot. Il sera ce que j’en ferai !

 

Compagnon de l’aumônerie

Pour moi, être croyant, c’est d’aller au-delà du « vivre » juste son temps, mais c’est le vivre avec et en Dieu. Je n’en sais pas forcément beaucoup des choses de Dieu, mais j’ai au fond des tripes et du cœur, aussi dans mon intelligence, cette conviction, que c’est bon pour moi. C’est une situation d’exigences et de confiances. De chutes et recommencements. De doutes et de certitudes. Mais, c’est toujours, à la fin, de ces situations « balançoires », une réaffirmation de la présence de cet Habitant, incommensurablement d’Amour et de patience avec moi. Il compagnonne avec l’équipe de l’aumônerie de rue, avec moi, dans les rues et nous confie par-là, ses rendez-vous avec nos rencontres. Dans la rue, je porte son engagement, sa visite, son attention, sa compassion. Je deviens porte-parole, transporteur, corps du Corps… Enfin, il faut le dire, parfois, j’oublie… Parfois, je me dis que c’est une légère tyrannie, une idée, une impression, un truc. Parfois, mon tricotage de chairs reprend le dessus, remonte d’autres temps, aussi de grandes paresses. Que j’ai pas envie, que je fatigue, que c’est barbant, que je traîne les pieds et le cœur…. Mais, toujours, comme une légère chiquenaude, des petits rappels par ci, par-là, me disent… que c’est dans nos vies que se porte sa Lumière…

 

Et, je veux porter sa Lumière !

Alors..

 

Cathy Weiss

(Visited 51 times, 1 visits today)

Etiquettes

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.