Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
mardi 22 janvier 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilSociétéProtestants et Juifs : quelles relations entretiennent-ils ?

Protestants et Juifs : quelles relations entretiennent-ils ?

Au fil de l’histoire, les relations des protestants avec les Juifs ont été marquées par des changements non négligeables. Des liens se sont tissés entre eux.

Les fondateurs de la Réforme, Luther, Zwingli, Calvin, ont voulu prendre leurs distances avec un christianisme qu’ils jugeaient en rupture à bien des égards avec le message évangélique authentique qu’ils avaient pour objectif de restaurer dans sa pureté. Mais ils n’ont pas rompu, tant s’en faut, avec la théologie de la substitution, qui fut le socle permanent du christianisme depuis deux millénaires, et selon laquelle le « Verus Israël » était désormais le peuple des chrétiens, puisque les Juifs s’obstinaient, dans leur coupable aveuglement, à ne pas reconnaître la Bonne Nouvelle. Luther, en particulier, après avoir dans un premier temps fait montre de bienveillance à leur égard, s’exprime par la suite, dans la déception de n’avoir pu les convaincre de se convertir, avec une extrême violence anti-juive : dans son ouvrage paru en 1543, Des Juifs et de leurs mensonges, il préconise de brûler leurs synagogues, de les expulser et même de les exterminer, « car il faut que nous soyons séparés d’eux et qu’ils soient chassés de notre pays ». Calvin est plus ambivalent, partagé entre l’antijudaïsme presque banal de son temps et la reconnaissance de quelques qualités inhérentes aux Juifs.

Cependant, au fil de l’histoire, les relations des protestants avec les Juifs ont été marquées par des changements non négligeables.

 

Ulrich Zwingli

Fervente identification des protestants avec le peuple juif

Dès l’origine, les huguenots, revendiquant les valeurs évangéliques, font retour au texte biblique, qu’ils veulent lire dans la langue d’origine. Ils prendront pour maîtres des rabbins ou des érudits juifs, avec lesquels ils édifieront une culture biblique commune et noueront des liens d’estime et d’amitié.

Par ailleurs, les protestants, aux XVIe et XVIIe siècles, abondamment persécutés, traqués, massacrés et, pour finir, chassés de France, ont été sensibles à une communauté de destin et se sont bien souvent, leur culture biblique aidant, identifiés avec ferveur au peuple juif, dans l’histoire duquel ils se reconnaissaient : en témoigne superbement la somptueuse épopée d’Agrippa d’Aubigné, les Tragiques, un des plus beaux textes de notre littérature. Citons encore, au XVIIIe siècle, Pierre Bayle, défenseur infatigable de la tolérance dans son Dictionnaire historique et critique, et Jean-Jacques Rousseau, le philosophe des Lumières qui dénonça l’hostilité séculaire contre les Juifs.

 

Ménasseh Ben Israël par Rembrandt

Une nouvelle page s’ouvre

C’est ainsi qu’à travers l’histoire, des liens se sont tissés entre protestants et Juifs : au XVIIe siècle, à Amsterdam, terre de refuge pour les uns comme les autres, le rabbin Ménasseh Ben Israël entretint une correspondance avec l’intelligentsia protestante de toute l’Europe, répondant aux multiples questions qui lui étaient posées. On sait qu’il se rendit en Angleterre, d’où les Juifs avaient été expulsés en 1290, pour rencontrer Cromwell qui, quelques années plus tard, en 1656, accepta de facto une présence juive dans le pays. Durant la Shoah, de nombreuses communautés protestantes comme Le Chambon sur Lignon, mais bien d’autres encore, ont, sauvant tant d’enfants juifs, témoigné de l’exigence de leur foi.

Aujourd’hui, les protestants, comme l’ont fait auparavant les catholiques, répudiant enfin, avec la déclaration « Église et Israël », la théologie de la substitution, et reconnaissant la valeur intrinsèque et la validité du message d’Israël, ont ouvert une nouvelle page qui permettra aux uns et aux autres, nous l’espérons de tout coeur, de cheminer de concert, et de nous atteler à la seule mission qui vaille dans l’époque cruelle que nous vivons : celle d’affirmer, envers et contre toutes les idoles, la dignité de l’homme et l’absolu du respect de la vie.

Janine ELKOUBY

(Visited 231 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.