Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
lundi 23 juillet 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier

Homélie du 13 janvier 2018

bible

bible

LIRE LES LECTURES DU JOUR

 

Le récit que nous fait aujourd’hui l’évangile n’est pas seulement celui d’une vocation particulière et exemplaire, celle de Lévi qui se lève aussitôt à l’appel de Jésus. Saint Marc prend en effet le temps d’introduire l’épisode en notant que Jésus enseigne longuement les foules. Tout le monde vient à lui, il les instruit.

 

Puis Jésus passe devant le bureau de Lévi et il l’appelle. Lévi se lève aussitôt et le suit. Pourtant ce récit de vocation ne suit pas le schéma typique que nous avons spontanément en tête, celui de Pierre, Jean ou André. Le Seigneur les trouve eux aussi sur le lieu de travail, et eux, aussitôt, laissant leur barque, leur père, leur mode de vie, se mettent à suivre Jésus.

 

Ici, la même radicalité dans le choix de Jésus est rapportée. Lévi quitte son bureau de douane. Mais il y a deux variantes d’importance.

 

D’abord, Lévi est un publicain, un collecteur d’impôts ; c’est-à-dire un personnage trouble, méprisé de ses contemporains qui n’aiment pas cette corporation s’enrichissant sous prétexte de percevoir les taxes locales. Ainsi l’appel de Jésus a un effet guérissant pour lui ; en accueillant l’invocation de Jésus, « il se lève », il ressuscite, il quitte sa vie de péché, il entre dans la vie.

 

Manger avec quelqu’un, quelle que soit la culture, est se reconnaître du même milieu que lui, de la même famille même.

 

Ensuite, il n’est pas question pour Lévi de partir sur les chemins proclamer les merveilles de Dieu pour les hommes : il reçoit Jésus à sa table, dans sa maison. L’appel que Lévi a reçu le rétablit dans sa dignité, le rend maître de son domaine, lui permet de vivre en communion avec Jésus, abandonnant définitivement toute compromission avec le péché.

 

Nous suivons donc l’histoire d’un appel particulier : celui qui est fait à tout homme. Le geste de partager un repas est en effet très fort. Manger avec quelqu’un, quelle que soit la culture, est se reconnaître du même milieu que lui, de la même famille même. C’est pourquoi Jésus, le rabbi, fait scandale en s’attablant avec les publicains. C’est pourquoi cette nouvelle est bonne pour nous : Jésus nous reconnaît, nous les pécheurs, de sa famille ! Jésus se reconnaît en nous ! Mieux : le Père reconnaît son Fils en nous.

 

Telle est la grandeur de notre appel, de notre vocation. Devenir des fils dans le Fils, devenir radicalement et pleinement des christs pour nos frères. Être chrétien n’est rien d’autre. Vivre de la miséricorde qui nous est faite et montrer par notre conversion qu’elle est offerte à tous ceux qui se reconnaissent pécheurs.

 

Abbé Philippe LINK
Communauté de Paroisses de la Meinau

(Visited 80 times, 1 visits today)

Etiquettes

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.