Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
lundi 24 septembre 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilParole LibreChristophe Sperissen : célébrer des funérailles, une expérience qui marque profondément

Christophe Sperissen : célébrer des funérailles, une expérience qui marque profondément

C’est beau, c’est grand d’être prêtre. Plus je relis la lettre de mission que le curé reçoit, plus je me dis combien son ministère est grand : la célébration des sacrements, l’annonce de la Parole, la catéchèse des enfants, des jeunes, l’accueil des familles, des malades… Pourtant chacun de nous a ses limites, ses faiblesses, et il faut bien accepter – de part et d’autre – que nous avons nos points faibles et forts.

 

En tout cas la lettre de mission invite les curés à être sur tous les fronts, à la suite du Bon Pasteur. Bien sûr avec l’aide des collaborations reçues, suscitées, appelées. Merci à tous les laïcs qui vivent leur baptême en servant, par les talents et les charismes qu’ils ont reçu ! Mais nous sommes et restons, au final, prêtres-curés, responsables. On attend du curé qu’il décide, qu’il tranche, qu’il oriente. C’est la beauté du ministère curial qui nous rend présent à toutes les étapes de la vie, pour rendre présent le Christ et le faire découvrir. Nous sommes au carrefour des joies et des peines des personnes vers lesquelles nous sommes envoyés.

Dans le ministère curial il a y ces nombreuses, très nombreuses célébrations d’obsèques qui se succèdent et s’enchaînent. Elles arrivent sans cesse, parfois avec leur contexte dramatique, sans prévenir, sans qu’il soit possible au prêtre de s’y préparer. Je me souviens comme curé de la fatigue provoquée par les célébrations de funérailles : l’accueil, la préparation et la célébration. Non seulement en raison de leur nombre, mais aussi en raison de leur complexité et du poids émotionnel qu’elles suscitent.

En neuf années de ministère curial dans la zone pastorale des Trois Frontières entre 2006 et 2015 j’ai eu à célébrer les obsèques de cinq jeunes dont deux, en 2007 et en 2013 ont été assassinés, de quatre enfants, de jeunes mamans et de jeunes papas avec en face de moi les enfants souvent en bas âge ou dans l’adolescence. Combien de suicides à accompagner… Dans la même journée, j’ai eu à célébrer les funérailles de deux mamans.

 

Mais pour rien au monde, je ne voudrais que le ministère presbytéral soit amputé de cette réalité car elle est celle qui fait rencontrer ces personnes qui ne sont plus en lien avec la communauté paroissiale et qui sont aux périphéries.

 

Ce sont des « expériences » humaines qui marquent profondément… On donne beaucoup, on prend beaucoup sur soi. On se sent si petit, si maladroit, si impuissant… Et on fait l’expérience de la grâce sacerdotale et de la présence de l’Esprit Saint ! Il faut être humain, compatissant, tout en présidant et en gardant le « self contrôle » de ses propres émotions.

 

Et puis il y a eu ces obsèques d’anciens confrères curés, d’hommes politiques, de figures locales engagées dans le monde associatif, qui demandent des heures de préparation, d’écoute et d’accueil d’abord. Il y a ces demandes totalement incongrues et décalées qui nous sont faites de la part de personnes exigeantes inconnues jusqu’alors et décidément absentes par la suite. On en prend parfois « plein la figure » quand on explique que telle ou telle musique, telle ou telle démarche, telle ou telle demande ne peut pas être suivie… C’est fatigant quand les histoires familiales sont compliquées et « qu’on marche sur des œufs ».

 

Et puis, merci à ces chrétiens, qui bénévolement donnent de leur temps pour être là lors des célébrations de funérailles dans les paroisses : choristes, sacristains, animateurs, lecteurs, membres des équipes funérailles

 

Mais pour rien au monde, je ne voudrais que le ministère presbytéral soit amputé de cette réalité car elle est celle qui fait rencontrer ces personnes qui ne sont plus en lien avec la communauté paroissiale et qui sont aux périphéries. Quel lieu d’évangélisation et de catéchèse par excellence quand les assemblées sont aujourd’hui composées majoritairement de non-pratiquants ! Voilà le lieu et le moment où nous replongeons dans l’engagement du jour de l’ordination : annoncer le Christ Ressuscité et la résurrection !

Et puis, merci à ces chrétiens, qui bénévolement donnent de leur temps pour être là lors des célébrations de funérailles dans les paroisses : choristes, sacristains, animateurs, lecteurs, membres des équipes funérailles, … Merci à tous les curés, à tous les prêtres, mes confrères, qui avec générosité et dévouement accueillent les familles en deuil, leurs peines et parfois leurs drames, et qui éprouvent de la fatigue. La joie d’annoncer le Christ Ressuscité et la résurrection est le sens de notre ministère sacerdotal. Que le Bon Pasteur qui dit : « Venez à moi vous tous qui peinez sous le poids du fardeau et vous trouverez le repos », soit notre force !

 

Père Christophe SPERISSEN

(Visited 442 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

dernier commentaire

  • Moi,petite laïque inconnue parmis d’autres. Petite âme à la recherche d’un visage amis .d’une voix réconfortante ,j’ai regardé les Prêtres que la Divine Providence à posé sur le chemin de ma vie .j’ai pensé à des êtres parfaits, des âmes d’une transparence cristalline et d’un coeur débordant d’Amour. J’ai pensé: Ils sont des hommes de Dieu ! et Ils le sont !
    Il me fallais du temps et la Grâce de notre DIEU pour ouvrir les yeux. Pour voir l’Immensité de la Mission du Prêtre. Homme de Dieu parmi les hommes dans le monde.j’ai vu la fatigue sur leur visage, la fatigue et le manque de sommeil à cause des longues heures de préparation pour les Cérémonie diverses, parfois ,les yeux voilés de larmes et puis un sourire pour tout effacer .j’ai vu la JOIE briller sur leur visage au moment du Divin Sacrifice sur l’Autel et cela était un Cadeau pour moi,une Force et une Assurance pour ma Foi ,par moments affaiblie .
    Alors j’ai pensé à une Sainte très chère à mon coeur; Sainte Thérèse de Lisieux. Je crois avoir compris toute l’importance et la nécessité de garder Le Prêtre dans nos prières, jour et nuit, aux yeux ouverts ou fermés, élevons notre coeur en reconnaissant ce Don que notre Dieu nous fait en consacrant un homme pour qu’il soit Son Messager, Son dispensateur de Miséricorde et le visage de Jésus Christ parmi nous. Que nos prières obtiennent la Joie, la Force, et toujours un Enthousiasme pour continuer le chemin à temps et à contre temps.
    Merci Seigneur pour les Prêtres.

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.