mardi 17 septembre 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilDossiersLe pape et le synode des jeunes : explications

Le pape et le synode des jeunes : explications

Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel est le thème du synode en préparation. Au travers de ce synode, le pape François souhaite être à l’écoute de tous les jeunes.

 

Qu’est-ce qu’un synode ?

 À l’occasion du 50ème anniversaire de l’institution du synode des évêques, le 17 octobre 2015, le Pape François disait :

« Depuis le Concile Vatican II jusqu’à l’actuelle Assemblée, nous avons expérimenté de manière toujours plus intense la nécessité et la beauté de ‘‘cheminer ensemble’’. Depuis le début de mon ministère en tant qu’Évêque de Rome, j’ai voulu valoriser le Synode qui constitue l’un des héritages les plus précieux de la dernière assise conciliaire. Nous devons avancer sur ce chemin. Le monde dans lequel nous vivons, et que nous sommes appelés à aimer et à servir même dans ses contradictions, exige de l’Église le renforcement des synergies dans tous les domaines de sa mission. Le chemin de la synodalité est justement celui que Dieu attend de l’Église du troisième millénaire. Ce que le Seigneur nous demande, en un certain sens, est déjà pleinement contenu dans le mot ‘‘Synode’’.

Marcher ensemble – Laïcs, Pasteurs, Évêque de Rome – est un concept facile à exprimer en paroles, mais pas si facile à mettre en pratique. Dans l’Exhortation apostolique Evangelii gaudium, j’ai souligné que « le Peuple de Dieu est saint à cause de cette onction que le rend infaillible “in credendo” », ajoutant que « chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l’Église et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation, et il serait inadéquat de penser à un schéma d’évangélisation utilisé pour des acteurs qualifiés, où le reste du peuple fidèle serait seulement destiné à bénéficier de leurs actions ». Le sensus fidei empêche une séparation rigide entre Ecclesia docens et Ecclesia discens, puisque le Troupeau possède aussi son propre ‘‘flair’’ pour discerner les nouvelles routes que le Seigneur ouvre à l’Église.

C’est cette conviction qui m’a guidé lorsque j’ai souhaité que le peuple de Dieu soit consulté dans la préparation du double rendez-vous synodal concernant la famille, comme cela se fait et s’est fait d’habitude par tous les ‘‘Lineamenta’’. Il est certain qu’une consultation de ce genre ne pourrait, en aucune façon, suffire pour écouter le sensus fidei. Mais comment aurait-il été possible de parler de la famille sans interpeller les familles, en écoutant leurs joies et leurs espérances, leurs douleurs et leurs angoisses ? Par les réponses aux deux questionnaires envoyés aux Églises particulières, nous avons eu la possibilité d’écouter au moins quelques-unes d’entre elles concernant les questions qui les touchent de près et sur lesquelles elles ont tant à dire.

Source: extrait tiré du discours du Pape sur la synodalité à  l’occasion du 50ème anniversaire de l’institution du synode des évêques, le 17 octobre 2015

 

Pourquoi le Pape lance-t-il un synode pour les jeunes adultes ?

Introduire plus de discernement dans l’Église.

Explicitant le thème du futur synode des évêques d’octobre 2018 – « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » – le pape a confié que la question du discernement lui tenait « très à cœur ». « Actuellement c’est l’un des plus grands problèmes que nous ayons dans la formation sacerdotale (…). Nous sommes habitués aux formules, aux ‘blancs’ et aux ‘noirs’, mais pas aux ‘gris’ de la vie. Et ce qui compte c’est la vie, pas les formules ». Et le pape de poursuivre : « Nous devons grandir dans le discernement. La logique du blanc et du noir peut conduire à l’abstraction casuistique. Au contraire le discernement c’est avancer dans le gris de la vie selon la volonté de Dieu ». C’est « seulement avec le discernement, non pas avec des abstractions », que les jeunes « peuvent découvrir leur projet de vie et vivre une vie vraiment ouverte à Dieu et au monde. J’ai donc choisi ce thème pour introduire le discernement avec une plus grande force dans la vie de l’Église ».

Source :  L’Osservatore Romano daté du 10 février 2017

 

 

Comment discerner ? Les jeunes trouvent le Seigneur dans l’action

Parfois, « la pastorale des vocations ne répond pas aux attentes des jeunes », a encore noté le pape François qui se dit préoccupé par « la diminution de la vie religieuse en Occident ».

Pour le pape, le discernement « est toujours dynamique ». « Ce qui est statique n’est pas bon. Surtout avec les jeunes ». Et de mettre en garde contre « les réunions » stériles. Au contraire, « il faut travailler avec les jeunes, en faisant des choses. » Il invite ainsi à privilégier le « travail social » dans la pastorale de la jeunesse, car « les jeunes trouvent le Seigneur dans l’action ».

Après l’action il faut « faire une réflexion », a-t-il poursuivi. Mais la réflexion seule ne suffit pas, « ce ne sont que des idées ». Espérant que « le prochain synode nous donnera des idées », il a recommandé « l’écoute des jeunes » et « le mouvement ».

 

Source : L’Osservatore Romano daté du 10 février 2017

 

Un synode pour tous les jeunes adultes de la Terre

Un Synode dont aucun jeune ne doit se sentir exclu ! Le Synode est le Synode pour tous et de tous les jeunes ! Les jeunes sont les protagonistes. « Mais également les jeunes qui se sentent agnostiques ?» Oui ! « Même les jeunes qui ont une foi tiède ? » Oui ! « Même les jeunes qui se sont éloignés de l’Église ? » Oui ! « Même les jeunes qui – je ne sais pas s’il y en a quelques-uns, peut-être il y en aura quelques-uns – les jeunes qui se sentent athées ? » Oui ! Chaque jeune a quelque chose à dire aux autres, a quelque chose à dire aux adultes, a quelque chose à dire aux prêtres, aux sœurs, aux évêques, au pape. Nous avons tous besoin de vous écouter !

Source : discours du Pape devant le congrès des vocations italien

 

Thomas Wender

 

[vc_tta_tabs]

Un questionnaire pour les 16-29 ans

Le questionnaire est ouvert jusqu’à fin novembre 2017 et disponible sur le site youth.synod2018.va

Par le biais du MEJ dont je fais partie, je me suis intéressé au questionnaire. J’y ai répondu fin juin. Avec 70 à 80 questions, je trouve ce questionnaire trop long. Cela m’a pris 45 minutes pour le compléter. Bref, sa longueur est un vrai point négatif. Ensuite, je trouve qu’il s’adresse plus aux étudiants, avancés dans leur parcours de vie ou aux jeunes pros, qu’aux jeunes de 17 ans. J’ai aussi été étonné de constater que les questions relatives à la foi, à l’avenir arrivent très tard dans le questionnaire. Le point positif avec ce questionnaire, c’est que les questions nous font réfléchir à ce qu’on a envie de vivre. Elles nous amènent à nous projeter.

Pierre

[/vc_tta_tabs]
(Visited 289 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

dernier commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
Twitter2k
Visit Us
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431