Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
samedi 18 août 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilDossiersVisiter les malades

Visiter les malades

Ceci est Mon corps

Infirmière depuis 31 ans, recommençante dans la foi depuis 15 ans, je suis membre de l’EAP de la communauté de paroisses de Dannemarie en charge de la transmission de la Parole et cela fait pratiquement 2 ans que je me suis jointe au groupe de visiteurs de malades. J’avais besoins de réponses quant à l’approche spirituelle du patient. Croire en Dieu rend-il meilleur les soignants ?  Probablement pas, il ne faut pas tout mélanger. Croire en Dieu, puiser dans sa Parole m’a aidée à changer mon regard sur la souffrance, la maladie, la mort. Bien sûr que celles-ci resteront toujours un mystère que je n’accepterai jamais, qui me révolteront toujours, mais je pense que ne plus se révolter, c’est ne plus croire, ne plus espérer. Dieu n’est à aucun moment venu supprimer la souffrance, mais au contraire il nous a donné une réponse quant à la façon de vivre cette souffrance. Le dimanche matin, on allume les téléviseurs dans les chambres des pensionnaires qui en ont et pour ceux qui le souhaitent on les regroupe dans le réfectoire afin qu’ils puissent suivre la messe télévisée. Un jour alors que j’étais penchée au-dessus d’un patient, lui prodiguant des soins douloureux pour lui, ces mots ‘Ceci est mon corps’ ont résonnés très fort en moi et ont pris tout leur sens. Soigner, prendre soin de son prochain, celui qui m’est proche, celui dont je me fais proche, c’est cela vivre ma foi.

Marlyse Hausser

 

Cette visite m’aide énormément

Veuve, je suis arrivée au village sénior il y a un an. L’adaptation a été difficile car je ne connaissais personne. Mes enfants ne sont pas loin et viennent me voir de temps en temps mais je souffre de la solitude et je ne suis pas seule dans mon cas. J’ai parfois l’impression que la personne âgée dérange. Mais j’ai la joie de rencontrer une personne de la paroisse, faisant partie du service de l’Évangile auprès des Malades, qui toutes les semaines me rend visite et me porte la communion, j’en ai besoin pour vivre. Cette visite m’aide énormément à retrouver la paix, le réconfort, l’espérance et la force de supporter mes souffrances physiques et morales Je ne peux plus me rendre à l’église sauf exceptionnellement avec de l’aide pour recevoir le sacrement des malades. Avant, j’étais très engagée dans ma paroisse ! Ne pouvant plus être active, je consacre ma vie au Seigneur en priant. Dans mes prières je nomme le Pape, l’Eglise, notre paroisse toute entière, mon ancienne paroisse, et toutes les personnes qui m’entourent ainsi que l’animatrice. Je remercie Le Jour du Seigneur, comme cela j’ai la messe tous les dimanches.

Solange

 

Jésus caché dans le malade

Je suis moine des Fraternités monastiques de Jérusalem à Strasbourg et diacre permanent. Je visite les malades dans deux services de cardiologie au Nouvel Hôpital Civil à Strasbourg depuis novembre dernier. Je vis ces visites comme des rencontres du Tout Autre. J’y vais toujours avec crainte et tremblement car c’est bien Jésus que je rencontre à chaque fois caché dans le malade. La présence du Seigneur se fait sentir dans les silences que je n’essaie jamais de combler. J’attends souvent en priant intérieurement que le malade reprenne la parole s’il le veut. L’important pour moi n’est pas tant le flot de paroles que Sa présence entre le malade et moi et en nous. Le plus difficile pour moi est de voir des personnes souffrir. J’aimerais avoir plus de foi et réaliser la parole du Seigneur : « Guérissez les malades ». Mais je vois que le Seigneur réalise cette parole à travers le travail merveilleux du personnel soignant et je Lui rends grâce pour eux.

Frère Benoît-Joseph  

 

(Visited 34 times, 1 visits today)

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.