Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
samedi 20 octobre 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilDossiersVisiter les prisonniers

Visiter les prisonniers

Les aumôniers de prison sont les témoins de beaux fruits que la miséricorde de Dieu a fait mûrir chez nos sœurs et frères détenus comme chez nous-même.

Puissions-nous nous laisser les uns et les autres étonner et émerveiller par quelques témoignages de personnes emprisonnées. Entre autres, par exemple, celui de Gilles : « Je me sens presque plus libre maintenant que je suis ici, en prison. Finalement, ici les masques tombent. Ce sont nos propres mensonges qui nous enferment… Finalement, maintenant je me sens libre. Et c’est principalement grâce à la foi ! »

Prêtons aussi l’oreille à un autre : « Le sacrement de réconciliation en prison est une ouverture complète, en toute honnêteté directe avec quelqu’un dont nous savons au final qu’il ne nous juge pas. »

« Tout ce que j’entends avec vous pendant l’Eucharistie, le mercredi, me remplit de joie ! » Et cet autre Gilles d’ajouter : « Je le prends avec moi et je le garde dans mon cœur. J’en ai suffisamment pour réfléchir toute la semaine. »

Adel, lui, ne cessait de critiquer les surveillants. Nous lui avons suggéré de prier pour eux ! Et quelques temps plus tard, voici qu’il nous lance : « Cette parole que vous avez dite : « Aimez vos ennemis ! » elle est vraiment extraordinaire ! Je prie maintenant pour les surveillants. A la télévision, j’ai aussi entendu cette parole de la bouche même du pape. »

Appelons-le Simon. Atteint d’un cancer, il a vécu la phase terminale de sa maladie en détention. Sur son étage, une chaîne de solidarité et de miséricorde s’est mise en place : accueilli dans la journée dans différentes cellules par d’autres personnes détenues : aidé pour écrire des lettres à sa famille et à ses proches ; secondé par d’autres pour sa toilette…

Sébastien souhaitait quant à lui être baptisé. Curieusement, son souhait n’a pas été pris au sérieux dans les prisons où il aura passé… Arrivé au Centre de Mulhouse, il persiste toutefois et se jette, comme il dit, à l’eau : « Pardonnez-moi mon Père, est-il possible de recevoir le baptême ? » La réponse de l’équipe de l’aumônerie est positive. « J’ai compris, dit-il alors, que mon transfert n’était pas en vain ! C’est le Seigneur qui m’a guidé vers le baptême. Et ce fut pour moi une nouvelle vie qui commençait. J’étais si content ! »

La miséricorde ! et après ? Ces quelques témoignages ne signent-ils pas, à leur manière, les propos de saint Jacques ? : « Si quelqu’un prétend avoir la foi sans la mettre en œuvre, à quoi cela sert-il ? La foi, si elle n’est pas mise en œuvre est bel et bien morte. » (Jacques 2, 14-18). Ce n’est pas en disant « Seigneur, Seigneur ! que l’on entrera dans le Royaume des cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux ! » Ces affirmations de Jésus ne nous pressent-elles pas de poursuivre l’aventure de la miséricorde ? Bref, de nous efforcer d’épouser, en toute conscience et liberté, la mentalité du Christ, sa manière de penser, de parler et sa façon d’agir au quotidien ?

Francis Brignon, aumônier de prison

 

Je m’appelle Dolores

Récemment, j’ai entamé une démarche administrative pour rendre visite à des portugais qui seraient en détention en Alsace. En tant que portugaise moi-même, je sais qu’il est plus facile de s’exprimer ou de se confier dans sa langue maternelle. J’ai donc souhaité suivre cette intuition car nous avons tous droit à une parole d’espérance. Beaucoup de mes proches me demandent si je n’ai pas peur de me retrouver face à face avec un meurtrier. Mais je sais que je n’irai pas dans les prisons rencontrer un assassin ou quelqu’un de violent, mais un enfant de Dieu. C’est ça ma démarche. Essayer de faire travailler l’Esprit-Saint dans chaque personne rencontrée.

Dolores 

(Visited 42 times, 1 visits today)

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.