samedi 25 mai 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilCultureLe Noël d’un curé 

Le Noël d’un curé 

Comment un curé se prépare-t-il à Noël ? Comme tout baptisé d’abord, en mettant à profit le temps de l’avent qui nous fait entrer toujours plus dans le mystère de l’Incarnation en découvrant combien le Christ se rend présent à chaque rencontre, à chaque instant de notre vie. L’avent nous oriente également vers notre avenir avec Dieu dans une communion parfaite les uns avec les autres.

 

Il me vient spontanément à l’esprit un verset d’une page d’évangile bien connue : « Marthe, Marthe, tu t’agites pour bien des choses, une seule est nécessaire, Marie a choisi la meilleure part ». C’est précisément dans cette dynamique que j’essaie de me situer dans les préparatifs de la fête de Noël. Beaucoup de paroisses, dont la nôtre, ont fait le choix de privilégier en quelque sorte les familles et les enfants en particulier.

Je me souviens dans mon enfance de la messe de minuit que je trouvais interminable tant j’étais fatigué et frustré parce qu’il avait fallu ranger les jouets trouvés sous le sapin quelques heures auparavant. Ainsi, l’horaire de 18h semble convenir à une majorité de paroissiens de tous âges. Ils sont heureux de venir commencer cette veille de Noël par la louange et la prière pour continuer ensuite la fête en famille.

 

Noël, ce don de Dieu

L’assemblée habituelle ressemble un peu à la description de la parabole où Jésus décrit les participants à la fête éternelle (Luc 13,22-30) : « Alors on viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu ». Cette ressemblance, vu le nombre, est particulièrement marquante ce soir-là. Comme je suis idéalement placé face à l’assemblée, j’accueille cette diversité comme un don de Dieu qu’il nous faut faire fructifier.

Le Seigneur est venu pour tous ! Cela me pousse à bien préparer cette liturgie en suscitant divers intervenants et, à la manière d’un chef d’orchestre, de tout faire pour que cette partition jouée à plusieurs soit belle et harmonieuse afin que chacun puisse ensuite s’en retourner chez lui rempli de la joie de Noel.

La chorale et l’organiste commencent à accueillir les fidèles à 17h30 par des chants de Noël du monde sans oublier un chant en alsacien. Puis, à 18h précises, les enfants de la paroisse et de l’école privée « Joie de Vivre » mettent en scène près de la crèche un conte de Noël qu’ils auront préparé deux samedis après midi auparavant. Ce soir-là, la messe proprement dite commencera 20 minutes plus tard… Curieusement, l’église est remplie à 18h10…

Au cours de la célébration retentissent aussi les djembés rythmant le chant africain des religieuses sénégalaises ; ces dernières œuvrent à la Fondation d’Auteuil. Vers 19h15, l’église se vide avec une rapidité étonnante, chacun étant pressé de retrouver son foyer pour continuer la fête. Je me retrouve subitement seul en silence à fermer l’église, puis à me mettre quelques instants devant la crèche pour rendre grâce au Seigneur. Pour moi, la meilleure part vient d’être vécue et je le redis au Seigneur.

En rentrant au presbytère, je regarde si mes programmations de four ont bien fonctionnées. Je termine la préparation de mon repas, et vers 20h, les habitants du presbytère ainsi que ma maman, si elle n’est pas invitée ailleurs, peuvent passer à table pour une soirée chaleureuse, fraternelle et conviviale, sans excès tout de même, puisqu’il faut être en forme le lendemain pour la célébration du Jour de Noël.

 

Philippe Rapp

(Visited 66 times, 1 visits today)

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431