Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
lundi 18 février 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilDossiersL’enfant, plus grand qu’il ne paraît

L’enfant, plus grand qu’il ne paraît

Michel Fize est sociologue et ancien membre-expert de la commission enfance d’Unicef-France. Il explique l’évolution de la place de l’enfant dans notre société.

 

On juge un enfant à sa petite taille. Alors, évidemment, on en conclut à son infériorité-rapportée, s’entend, à la taille adulte, qui est une grande taille. Et, en effet, la « grande personne » dépasse l’enfant de plusieurs têtes. Alors, évidemment, on en conclut à sa supériorité sur l’enfant. Dès lors, la redoutable équation s’impose comme une évidence pour tous : petite taille égale petite intelligence et grande taille, naturellement, égale grande intelligence.

 

Non, l’enfant n’est pas cet « adulte en miniature » que l’on représentait sur les tableaux du temps jadis

 

Une équation idéologique

Mais cette équation est idéologique, pas scientifique, nous en reparlerons. C’est en tout cas sur la base de cette équation que les enfants sont considérés, selon la formule connue, comme « une cire molle » sur laquelle l’éducateur doit imprimer sa marque, une marque d’adulte s’entend. Dès lors, à partir du présupposé tout aussi faux que l’équation, l’on dit que l’enfant ne sait rien et qu’il doit tout apprendre de l’adulte, pour en devenir un à son tour, avec tout ce qu’il faut pour être un « bon » adulte.

 

Voici donc l’enfant installé dans sa petite condition d’enfant, qui en fait un sujet au sens le plus monarchique du terme. Toute la famille française est ainsi bâtie, depuis des lustres, sur cette idée qu’éduquer c’est imposer à l’enfant des règles, des normes, des valeurs, que sais-je encore, qui sont du monde adulte. Toute l’école française est pareillement bâtie sur ce principe d’une ignorance congénitale de l’enfant, auquel « on » – l’adulte encore – doit tout apprendre, pour le mener à la grande condition adulte.

 

Mais l’équation et le présupposé sont faux. L’enfant est une personne à part entière.

Écoutez-le, écoutez-le, dire les choses.
Adultes, adultes, ne riez plus de l’enfant qui parle, du sujet qui pense.
Adultes, réfléchissez un instant, aurait-on, en haut-lieu, imaginé une aussi grande convention – internationale même – pour y inscrire ses droits, s’il n’avait les capacités de les exprimer ?

 

L’enfant pense, et même plutôt bien ; il a des idées, et même plutôt bonnes. Il a même cette supériorité sur l’adulte que l’on nomme désormais intelligence « numérique ». Non, l’enfant n’est pas cet « adulte en miniature » que l’on représentait sur les tableaux du temps jadis. Il est cette personne curieuse, imaginative dont l’adulte a beaucoup à apprendre.

 

Michel Fize

(Visited 132 times, 1 visits today)

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.