Contact




m
Connectez avec:
lundi 21 mai 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilÉgliseSpiritualitéPrièresAu bord du Rhin puissant

Au bord du Rhin puissant

© Claude Truong-Ngoc

Au bord du Rhin puissant,

Dieu m’a posé comme un pasteur.
Il m’a dit de partir une fois encore sur des berges fertiles.
Il m’a dit de laisser les armes de la France en des mains inconnues.
Il m’a dit de trancher une pièce de mon cœur vivant
De la laisser là, palpitante, à de durables amitiés.

 

Il m’a dit de me jeter, les mains vides, l’esprit en feu,
Sur des sentiers plissés de bosses.
De courir les coteaux d’ivresse où saignent les vins,
De sourire à la plaine jolie piquée d’étoiles.

 

Il m’a dit d’aller vers les flancs du Fleuve, et peut-être par ses fl ots d’étain,
Sur ces loess cassés par tant d’armées, roulés d’une étrange fi délité.

 

Il m’a dit d’aller « sentir l’odeur des brebis »,
De les habituer à mon pas à la veille de la nuit.
De les paître au matin quand suinte le soleil.
De les laisser en liberté, au midi, tandis que « le vent se lève ».

 

Il m’a dit d’écouter les chants de leurs vies, surtout ceux de leurs amours,
Pour leur faire aimer, un jour, le son de ma voix et le Pain de ma vie.

 

Alors j’ai dit oui.
Un oui net embué de larmes.
Un oui brut imbibé de rêves.

 

Songeant aux géants qui soulevèrent ces marches d’Empire,
Extrayant à force d’âme le génie de la France,
Je vins en lutin des roches, couché sur leur nuque,
Épouser ses villes et leurs contours, ses socs et ses détours.

 

Je vins demeurer parmi eux
Parce que c’était eux,
Parce que c’était Dieu.

† Luc Ravel, février 2017

(Visited 259 times, 1 visits today)

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.