Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
mercredi 12 décembre 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilSociétéUn regard chrétien et républicain sur la Fraternité

Un regard chrétien et républicain sur la Fraternité

© 2017 – Service communication

Le Collège La Providence de Strasbourg a placé la valeur Fraternité au cœur de son projet pédagogique 2016-2017. Près de 1 000 élèves ont fêté en décembre la fraternité en chantant l’Hymne à la joie. David Bugne, professeur de culture religieuse dans cet établissement, apporte son regard de chrétien sur cette valeur républicaine.

S’il y a bien un espace commun à la Religion et à la République, un espace dans lequel et l’une et l’autre puisse vibrer d’un même cœur sans cesser d’être soi-même, c’est l’espace de la Fraternité.

Vouloir aimer son prochain

L’amour paternel de Dieu invite les croyants à voir en autrui un frère ou une sœur en humanité. La République invite le citoyen à considérer ses concitoyens comme des frères et sœurs dans la communauté de vie et de droit qu’elle se donne la mission de former.

Cependant, à la différence de la liberté et de l’égalité dont la source première réside dans les institutions républicaines, et dont les bénéficiaires en sont les citoyens, la fraternité exige l’engagement de bonne volonté et les efforts constants de tous les citoyens car sans l’engagement des uns et des autres la fraternité ne peut pas s’incarner.

Pour que la fraternité prenne corps et se réalise en dehors des frontispices de marbre de la République, il faut l’engagement patient et courageux de chacun.

 

Pour vivre la fraternité à l’échelle de la société républicaine, il faut vouloir aimer son prochain.

 

C’est pourquoi la fraternité républicaine partage un point commun fondamental avec la charité chrétienne, à savoir la prise de conscience que pour aimer il faut vouloir aimer. Pour vivre la fraternité à l’échelle de la société républicaine, il faut vouloir aimer son prochain.

L’amour est héroïque

Or l’amour du prochain est souvent décrié comme représentant un vœu naïf reposant sur un imaginaire « bisounours ». Il n’y a pourtant rien de plus opposé au monde des bisounours que l’amour authentique. L’amour demande de la patience, du courage, de la force intérieure, de l’humilité là où règne l’orgueil et de l’espoir là où se répand le pessimisme. L’amour est un combat, un combat chaleureux et lumineux, un combat désarmé, mais un combat tout de même. L’amour est en cela bien plus héroïque qu’on ne le pense, et au combien plus compliqué et exigeant que la haine.

La fraternité n’est donc ni un vœu pieux qui se formerait dans les nuages de l’imaginaire pour finalement disparaître dans la brume du réel, ni une illusion niaise qu’on entretiendrait pour se donner bonne conscience. La fraternité est l’appel à la force de l’amour, à la flamme héroïque et humble à la fois qui habite tout cœur décidé à se donner les moyens d’aimer.

David Bugne

(Visited 53 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.