jeudi 25 avril 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilDossiersÀ quand la conversion écologique ?

À quand la conversion écologique ?

© Pixdeluxe

Enseignant en commerce international et équitable, Loïc Lainé prépare une thèse sur la sobriété dans l’enseignement social de l’Eglise. Diacre du diocèse de Nantes, il exerce sa mission au sein du service de formation. Il évoque l’apport des chrétiens à l’écologie.

Tout est lié ! Aujourd’hui, on ne peut pas être chrétien sans adopter un mode de vie qui soit respectueux de la maison commune. Le respect de la Création, des pauvres et des générations futures fait entièrement partie de notre foi chrétienne, comme le dit le pape François dans son encyclique Laudato Si.

 

L’apport de la spiritualité

Aujourd’hui, les gens ont compris la réalité de la crise écologique. Mais les obliger à changer leur mode de vie par la crainte ou la contrainte de la loi – l’écologie punitive – ça ne marche pas ! Pour ce changement de mode de vie, un ressort est absolument indispensable. Il est d’ordre spirituel : ça s’appelle la conversion. Dans le discours public, on parle aujourd’hui de transition écologique. François invite justement à la conversion écologique. Pour changer nos modes de vie, il faut changer l’intérieur de l’homme. Cette dimension spirituelle, l’appel à la transcendance, vient combler un manque dans le discours public sur l’écologie.

 

La sobriété heureuse

Nous sommes intoxiqués par l’idéologie que la croissance va nous amener le progrès, le mieux-être. Il est temps de passer à autre chose, car ce modèle n’est plus soutenable. Se dépouiller du matériel pour être plus disponible à Dieu et au partage avec nos frères, c’est être fidèle à une grande tradition chrétienne. Ça n’a rien à voir avec l’austérité.

 

Je regrette que les catholiques ne s’investissent pas assez sur les questions écologiques

 

Notre mode de vie est la cause de la crise écologique, du réchauffement climatique. Les premières victimes, déjà, sont les plus pauvres, les plus fragiles mais aussi la création non humaine, et les générations futures. Nous devons donc absolument remettre en cause notre mode de vie pour des raisons de justice sociale et de justice environnementale : choisir la sobriété et construire une société sobre.

 

Laudato Si ouvre des portes

Je regrette que les catholiques ne s’investissent pas assez sur les questions écologiques. Nos frères protestants et orthodoxes nous ont largement devancés. Pourquoi ? Sans doute une confiance un peu aveugle dans le progrès, et aussi une image négative des écolos. Les cathos préfèrent s’investir sur le terrain de la défense de la famille, de la vie, et sur le terrain social.

Aujourd’hui, tous ces combats sont liés. Je suis persuadé que les questions écologiques sont un terrain de rencontre entre les chrétiens et ceux qui ne le sont pas. Dans Laudato Si, François reconnaît le travail mené par les écologistes, qui ont souvent bien accueilli l’encyclique. Il invite au dialogue avec tous, sans exclusive. Ça ouvre des portes, des possibilités d’échange et d’actions pour la sauvegarde de la maison commune.

 

Loïc Lainé

(Visited 117 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE