vendredi 28 février 2020
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilÀ la uneRencontre avec… Jean-Marie Wilhelm

Rencontre avec… Jean-Marie Wilhelm

Ce jeune retraité est le vice-président du Centre Porte Haute de Mulhouse. Il a aussi exercé pendant 40 ans comme médecin, spécialisé en médecine interne et diabétologie à l’hôpital d’Altkirch.

Carrefours d’Alsace : Quels sont vos engagements ecclésiaux ?

Jean-Marie Wilhelm : Il y a l’accueil, avec mon épouse, de rencontres Saveurs d’Évangile et la coordination des conférences-débats organisées à Mulhouse par le Centre Porte Haute. Ces deux activités ont lieu « dans la ville », la première à notre domicile à l’image des communautés primitives, la seconde à la cour des Chaines ou au Centre Teilhard. Si les églises se vident, c’est qu’il nous faut en sortir nous-mêmes, pour « aller aux frontières ».

C.A. : Ce lien avec l’Église, est-il important pour vous ?

J-M. W. : Ma vie personnelle s’est toujours passée, par chance, au contact de communautés confessantes, et de personnes à la foi rayonnante. Ma vie sociale et professionnelle m’a plutôt fait connaitre un entourage au mieux indifférent, au pire hostile par rapport au domaine religieux. Cette double affiliation suscite en moi un double mouvement, comme une respiration. Je rêve de pouvoir partager la folle espérance et le secret de sa Source. Mais j’apprends aussi à écouter ceux qui « requestionnent » mes doutes récurrents ou mes résistances tenaces, mes trop humaines illusions ou mes certitudes excessives.

C.A. : Qu’est-ce que les personnes attendent de l’Église?

J-M. W. : A ces frontières-là, nos contemporains se posent des questions, mais ils attendent moins des réponses que des rencontres. Ils cherchent à rencontrer des frères relevés, libérés, « re-suscités », vivant du Vivant. Où donc, en effet, pourraient-ils trouver une trace du divin, si ce n’est dans « l’Homme Accompli »,selon la belle formule du poète Christian Bobin ?

Notre premier défi est celui du cléricalisme. Et nous avons peut-être localement une chance à saisir. L’Alsace vient d’acquérir un statut de communauté européenne, ouverte sur les expériences transfrontalières. Par le passé, Strasbourg fut l’un des épicentres de la mystique rhénane, terreau des grandes réformes du christianisme à la Renaissance. Aujourd’hui, nos voisins allemands s’engagent sur un « chemin synodal », auquel participent évêques et laïcs, hommes et femmes, chemin encouragé par le pape François. Et nos voisins du diocèse de Bâle ont également engagé un projet pastoral dès 2002, permettant par exemple à un père de famille nombreuse d’être aujourd’hui   nommé responsable de communauté, avec bien sûr l’assentiment des prêtres de son secteur…

Je crois en un Dieu Tout-Vulnérable. Et je crois en une Église universelle, qui ose franchir les frontières. Intérieures comme extérieures…

La Rédaction de Carrefours d’Alsace

(Visited 25 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook289
Facebook
Twitter2k
Visit Us
Follow Me
YouTube391
YouTube
Pinterest422
Instagram431