vendredi 28 février 2020
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilDossiersDossier du moisFévrier 2020 : les clefs d’une mission bien vécue ?

Février 2020 : les clefs d’une mission bien vécue ?

Caroline Hellstern a 29 ans, est mariée et maman d’un petit garçon. Elle a quitté son travail d’aide-soignante pour répondre à un appel. Depuis peu, elle est coopératrice de la pastorale en mission auprès des enfants et des parents sur le doyenné d’Altkirch.

Caroline a l’œil qui pétille, un sourire contagieux et n’est jamais à court d’idées. Son expérience au sein de l’ACE (Action Catholique des Enfants) a façonné sa personnalité et sa foi. En mission sur trois communautés de Paroisses aux identités différentes, elle collabore avec des prêtres, des diacres permanents, des coopérateurs de la pastorale et un nombre impressionnant de bénévoles.

Nicolas Monneau, curé de la communauté de Paroisses d’Illfurth, est son prêtre référent. « Il est présent. Notre relation est fraternelle. Nous partageons les difficultés, essayons de trouver des solutions. Il s’intéresse à ce que je vis ». Caroline se sent libre de partager certains points sensibles avec les autres prêtres lorsqu’il s’agit d’avoir un avis plus distancié. Sa mission doit s’articuler en permanence avec les projets de trois communautés. « Il faut essayer d’être présente équitablement, sans être forcément à toutes les rencontres. Les bénévoles ne s’investissent pas de la même façon lorsque je suis présente, c’est dommage. »

Une mission n’est pas un « travail » avec un cadre précis, elle insiste sur ce point. Mais elle en assume toutes les composantes : formation, responsabilités effectives, sollicitations et accompagnement des bénévoles, élaboration et réalisation de projets. Les différences de sensibilité et les manières de faire la stimulent. « Cela m’oblige à trouver des solutions pour adapter les projets. J’ai appris à présenter mes arguments. Cela suffit souvent à faire tomber les résistances ». Elle aime les relations franches, revendique l’ouverture d’esprit et cultive l’art de dire merci. « C’est essentiel pour exprimer sa reconnaissance du travail de chacun, dans le respect de ce qui fait sa vie ». Ce qui la rend heureuse : « Les gens, leurs idées, les enfants et leur joie, vivre ma foi librement et la partager. »

Les limites à sa mission : « J’ai du neuf à apporter mais cela suppose d’accepter le changement. Les attentes sont importantes mais dans le concret, ça bloque parfois. Comment est-on prêt à intégrer le projet de l’autre dans nos pratiques ? Une image : je tiens les parents par la main et les emmène avec moi. J’aimerais que dans les EAP, on me prenne l’autre main pour les entraîner ensemble. Ce n’est pas toujours le cas mais j’y travaillerais l’an prochain ! ». Enthousiasme, persévérance, difficultés assumées comme autant de défis à relever : Caroline nous donnerait-elle les clés d’une mission bien vécue ?

Véronique Itty

(Visited 86 times, 1 visits today)

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook289
Facebook
Twitter2k
Visit Us
Follow Me
YouTube391
YouTube
Pinterest422
Instagram431