jeudi 12 décembre 2019
Se connecter    /S'inscrire    /

Homélie du 3 décembre 2019

Comment ne pas unir nos voix à celle du psalmiste qui implore Dieu de hâter la venue de ce Roi, afin que « fleurisse la justice » et qu’une paix durable soit instaurée dans le pays ?

C’est sous les traits de ce Roi « doux et humble de cœur » que Jésus se révèle à nous dans l’Évangile aujourd’hui : « exultant de joie sous l’action de l’Esprit Saint » qui repose en plénitude sur lui en tant que Fils unique, il « proclame la louange » du Créateur et se présente comme le vis-à-vis de l’Eternel auquel il est indéfectiblement uni par une connaissance réciproque « en Esprit et vérité » (Jn 4, 23), c’est-à-dire dans l’amour.

La merveille que Dieu accomplit pour nous et dans laquelle il révèle sa paternité, c’est la vie qu’il nous offre en son Fils Jésus Christ. « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! » Et que voyons-nous ? Un Roi intronisé sur la Croix, élevé entre ciel et terre pour le salut du monde, « dressé comme un étendard pour les peuples » (Ibid.). Telle est la chaire d’où Notre-Seigneur proclamera bientôt la réconciliation universelle, et d’où il attirera tout à lui (Jn 12, 32).

C’est ainsi que lors de sa première venue, Notre-Seigneur Jésus Christ a accompli toute justice et révélé la tendresse du Père. Comme il l’a promis, il reviendra dans la gloire pour établir son Règne, où « fleurira cette justice, et où la paix règnera jusqu’à la fin des lunes. En lui seront bénies toutes les familles de la terre ; tous les pays le diront bienheureux » (Ps 72). Oui, « voici que le Seigneur va venir, et avec lui, tous ceux qui ont cru en lui » (Ant. d’ouv.).

« Dans sa justice, il remettra leur récompense à ceux qui auront ardemment désiré sa venue dans la gloire » (Ant. com.), « ceux qui ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l’Agneau. Ils n’auront plus faim, ils n’auront plus soif, le soleil et ses feux ne les frapperont plus, car l’Agneau qui se tient au milieu du trône sera leur berger, il les conduira vers des sources d’eaux vives et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux » (Ap 7, 14-17).

En attendant ce jour béni, nous savons ce que nous avons à faire pour hâter son retour : partager à pleines mains, la miséricorde dont nous sommes les premiers bénéficiaires. N’est-ce pas la mission que le Seigneur laissa à ses disciples au matin de Pâques ? « Jésus vint, il se tint au milieu d’eux et il leur dit : “La paix soit avec vous”.

Il souffla sur eux et leur dit : “Recevez l’Esprit Saint ; ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis” » (Jn 20, 19.22-23).

Désormais, la puissance de la Résurrection est à l’œuvre dans la miséricorde partagée : le loup peut habiter avec l’agneau, le léopard avec le chevreau, le veau avec le lionceau, la vache avec l’ourse. Car là où règne « la connaissance du Seigneur » – celle que révèle le Fils – « il ne se fera plus rien de mauvais ni de corrompu » (1ère lect.).

“Père, Seigneur du ciel et de la terre”, nous t’en supplions humblement : que l’Esprit Saint “remplisse nos cœurs comme les eaux recouvrent le fond de la mer” (1ère lect.), afin que nous connaissions le bonheur de te voir en Jésus, et de t’entendre dans sa Parole.

Participant à la filiation de ton Fils Unique, nous pourrons alors devenir à notre tour des artisans de paix (cf. Mt 5, 9), qui préparent la route à celui qui a « réconcilié toutes choses, sur la terre et dans le ciel, par le sang de sa croix (Col 1, 20).

Abbé Philippe Link

(Visited 278 times, 2 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook289
Facebook
Twitter2k
Visit Us
YouTube391
YouTube
Pinterest422
Pinterest
Instagram431