lundi 27 janvier 2020
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilÀ la une200 ans de présence des Sœurs de la Divine Providence à Ribeauvillé

200 ans de présence des Sœurs de la Divine Providence à Ribeauvillé

 

En ce mois d’octobre, venez célébrer cet anniversaire avec les Sœurs de la Divine Providence. Lumière sur une congrégation qui a traversé le temps, irrigué des vies et qui est pleine d’espérance pour demain.

Vivre en Sœurs de la Providence

En 1783, le père Louis Kremp, vicaire à Molsheim, touché par le manque d’instruction et d’éducation chrétienne des fillettes de la campagne, réunit quelques jeunes femmes, dont Madeleine Ehrhard. Il les invite à assurer « l’instruction gratuite des filles les plus pauvres ». Madeleine et ses amies enseignent aux enfants les premiers éléments du catéchisme, les travaux d’aiguille, la lecture, l’écriture et le calcul. Après la Révolution française, le siège de la jeune association est transféré, d’abord à Bindernheim, puis à Sélestat. Les écoles se multiplient en Alsace. Les sœurs témoignent de la tendresse de Dieu et répondent aux nouveaux appels, fidèles à leur charisme éducatif.

Arrivée à Ribeauvillé

Suite au décès du P. Louis Kremp le 2 janvier 1817, Bruno Mertian, prêtre du Diocèse, entreprend les réformes nécessaires, en ce qui concerne l’organisation matérielle, les règles de vie commune et la formation spirituelle de la jeune Association des Sœurs de la Providence. Très vite il comprend qu’une réforme véritable et durable ne pourra se réaliser dans les locaux trop petits de Sélestat. Il se soucie de trouver une autre Maison-Mère et acquiert l’ancien Couvent des Augustins à Ribeauvillé. Après sa mort subite, son frère Ignace, prend le relais et fera venir les premières sœurs, dans le couvent à Ribeauvillé, le 31 octobre 1819.

Ribeauvillé, lieu de la Première École Normale de filles en France

Pour assurer l’instruction gratuite des filles les plus pauvres, selon l’intuition du père Kremp, les sœurs doivent bénéficier d’une formation. Ignace Mertian communique à l’Inspection académique la durée, le contenu, la méthode d’enseignement qu’utilisent les sœurs dans les classes et la validation finale des 2 années de formation par un Brevet. Cette aptitude à enseigner est certifiée par un document officiel reconnu par l’Inspecteur d’Académie. Ignace Mertian compose aussi les manuels scolaires dont se servent les sœurs en classe.

Officiellement, les Sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé se voient reconnaitre l’existence de l’École Normale Privée de Ribeauvillé le 12 juin 1923 avec la possibilité de décerner le Brevet Elémentaire pour enseigner dans les écoles primaires, puis en  1932, le Brevet Supérieur. Mais à partir de 1945, la moyenne annuelle des jeunes qui postulent à l’engagement dans la vie religieuse pour l’enseignement est en baisse. Le 7 novembre 1969, la congrégation résilie le contrat d’association avec l’État. Pendant 150 ans, l’École Normale Privée de Ribeauvillé a formé des centaines de religieuses afin de donner la chance de l’enseignement et de l’éducation au plus grand nombre de jeunes Alsaciennes.

D’hier à aujourd’hui en quelques dates

1819                            Établissement de la Maison-Mère à Ribeauvillé

1869                Approbation des Constitutions de la Congrégation par Pie IX.

Fin 19°siècle   Une grande part de la jeunesse féminine d’Alsace est instruite par les sœurs, dans des écoles publiques à la ville comme à la campagne.

1954                Première mission au Congo en 1954.

2011                     Création de la Fondation Providence de Ribeauvillé qui regroupe et gère 9 des 11 établissements scolaires dont la Congrégation assure la Tutelle.

2015                Entrée de 3 établissements médico-sociaux dans la Fondation

La Congrégation aujourd’hui

290 sœurs sont présentes dans six pays. En France, les sœurs, retraitées, sont engagées dans le bénévolat : associations caritatives, paroisses, accompagnement de malades et de personnes âgées, situations de précarité (prisonniers, migrants…). Elles portent dans la prière « les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps… » La Congrégation assure la Tutelle de 11 établissements scolaires qui accueillent près de 11 000 élèves. En Afrique, depuis 1954, la congrégation est présente au Congo Brazzaville, en Centrafrique, au Togo, au Cameroun. Des sœurs africaines travaillent dans l’enseignement et l’éducation, la santé, la pastorale et la promotion de la femme. Au Brésil, des sœurs, depuis 1967, sont au service des Églises locales pour accompagner les populations (paysans sans terre, communautés de base, peuple indigène, gens de la rue…).

Le dessein des sœurs

« Éduquer les enfants, les former pour faire d’eux de vrais chrétiens : voilà le dessein capital des Sœurs (…), leur devoir essentiel consiste, non à enseigner seulement la lecture, l’écriture, les travaux manuels, ni même le catéchisme (…), mais à mettre en œuvre toutes leurs ressources et leur ingéniosité pour atteindre l’âme des enfants. » (P. Kremp)

Perspectives d’avenir

Fidèles à l’intuition de ses fondateurs, la congrégation veut rester « à l’écoute de l’Esprit pour découvrir aujourd’hui, et les besoins du monde et les réponses à donner, afin que la Bonne Nouvelle ne cesse d’être annoncée aux pauvres, aux jeunes en particulier ». La célébration des 200 ans de présence à Ribeauvillé doit nous permettre de relire l’histoire de la congrégation, de nous réjouir de ce qui s’est développé au fil du temps, d’y reconnaitre la présence bienveillante de Dieu et de continuer à grandir dans la confiance en Dieu Providence.

1819-2019 : programme de la fête

Le vendredi 4 octobre dès 14h : ouverture par Sœur Jacqueline Barondeau, supérieure générale, puis évocation des débuts de la congrégation et de figures de femmes marquantes ; une visite du couvent est prévue.

Le samedi 5 octobre à 10h, des conférences sont programmées le matin : Dans l’ordinaire de la vie, l’extraordinaire de l’éducation, par André Pachod de l’université de Strasbourg. Bienvenue sur les terres de l’Utopie, par Loïc Chalmel de l’UHA de Mulhouse. À la recherche d’une formation d’excellence, par Nicolas Schreck de l’université de Strasbourg. Elles seront suivies du déjeuner à 12h30, puis d’une présentation de recherches et d’innovations pédagogiques aujourd’hui.

Le samedi 19 octobre dès 10h : des conférences sont programmées : De Molsheim à Ribeauvillé. Quelques figures de femmes marquantes. Une congrégation vouée à l’enseignement et à l’éducation. Déjeuner vers 12h30.

Le samedi 26 octobre à 15h, célébration eucharistique de clôture, suivie du verre de l’amitié.

 

En pratique :

Les manifestations ont lieu au Couvent de Ribeauvillé, 3 rue de l’Abbé Louis Kremp. Inscription obligatoire sur le lien https://www.weezevent.com/200-ans-sdpr ou par mail ou par téléphone ou par courrier postal : 03 88 44 95 95 ou sdpr.generalat@wanadoo.fr

 

(Visited 127 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook289
Facebook
Twitter2k
Visit Us
YouTube391
YouTube
Pinterest422
Pinterest
Instagram431