mardi 17 septembre 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilÀ la uneLa quête « sans contact » dans le diocèse de Strasbourg

La quête « sans contact » dans le diocèse de Strasbourg

À l’heure où il paraît de plus en plus naturel d’aller acheter sa baguette chez le boulanger avec une carte bancaire, pourquoi ne pourrait-on pas faire de même à la quête du dimanche ? Pour s’adapter à ces nouvelles pratiques, le diocèse de Strasbourg veut se convertir au numérique.

Parmi les nombreux chantiers de Jacques Bourrier, économe diocésain depuis un an, l’un d’entre eux lui tient particulièrement à cœur.

Constatant la fin programmée de la monnaie et la diminution constante des dons et des produits des quêtes au fil des années, il lui paraît important d’explorer de nouveaux moyens pour solliciter la générosité des catholiques du diocèse :

« Non seulement la pratique catholique est en baisse mais, de plus, la génération des 25/50 ans qui donne peu à l’Église et qui est habituée au paiement numérique ne trouve pas chez nous les moyens adaptés. Il faut donc que nos églises, nos paroisses et nos sanctuaires puissent leur proposer autre chose que les traditionnels paniers de quête. »

Nouvelles technologies

Une dizaine de diocèses de France sont déjà engagés dans la quête numérique depuis quelques années parmi lesquels Paris, Quimper et Tours.

« Il faudrait donc que Strasbourg rattrape son retard », souligne Jacques Bourrier.

Plusieurs sociétés proposent aujourd’hui différents supports. Une application sur Smartphone permet de faire un don à sa paroisse même si on a oublié d’aller à la messe ou si l’on est de passage dans une autre paroisse le dimanche !

Les paniers de quête, quant à eux, se sont aussi adaptés. Il existe aujourd’hui sur le marché des « paniers électroniques mixtes » qui permettent de donner en espèces ou par carte bancaire via un petit terminal intégré avec le choix de la somme à prélever.

Enfin, pour les ventes de cierges dans les paroisses ou les sanctuaires, des troncs électroniques ont été mis au point. « Toute cette technologie n’a que des avantages, s’enthousiasme Jacque Bourrier.

Elle conjugue à la fois modernité, sécurité et attractivité. » L’expérience montre aussi que le montant des quêtes a augmenté là où ces technologies ont été mises en œuvre.

Expérimentation sur la base du volontariat

Concrètement, dès l’automne 2019, une expérimentation va être lancée sur le diocèse.

Une jeune entreprise a été choisie, « Obole digital », qui fournira le matériel qui se loue mensuellement.

En lien avec le Conseil des affaires temporelles, cette expérimentation sur six mois va être proposée à une trentaine de paroisses ou sanctuaires sur la base du volontariat.

Une expérimentation des troncs électroniques sera aussi menée dans plusieurs sanctuaires.

Mais comment cette nouvelle quête est-elle perçue du côté des paroisses ?

« Nous, on a préparé notre petite monnaie dans la poche avant la messe », disent les plus anciens.

« La location du panier va nous coûter plus cher que le produit de la quête », disent d’autre.

« C’est pour qu’on donne plus », disent les plus jeunes.

Entre habitudes et méfiances, il faudra donc de la patience pour faire évoluer les mentalités. Mais plus qu’une conversion numérique, l’enjeu est d’abord symbolique.

L’air de rien, faire usage de sa carte bancaire dans une église sera un véritable défi spirituel à surmonter !

Hervé Jégou

(Visited 11 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
Twitter2k
Visit Us
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431