mardi 17 septembre 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilÀ la uneFrère Joseph, un moine-prêtre

Frère Joseph, un moine-prêtre

Samedi 14 septembre à 11h, frère Joseph sera ordonné prêtre par Mgr Luc Ravel, archevêque du diocèse, en l’église Saint-Jean à Strasbourg. Il sera incardiné dans la communauté des Fraternités Monastiques de Jérusalem (FMJ), dont il fait partie. À quelques jours de son ordination sacerdotale, il se confie.

Carrefours d’Alsace : Frère Joseph, comment avez-vous entendu l’appel du Christ à une vie consacrée ?

Frère Joseph : Originaire de Soissons, je suis né dans une famille catholique pratiquante, entouré d’oncles et tantes religieux, religieuses et prêtres.

Porté par la foi, j’ai grandi en me rendant disponible à la volonté de Dieu.

Au cours de mes études, j’ai eu la chance de pouvoir partir au Cambodge pendant quelques mois, avec les Missions étrangères de Paris. Avant ce grand départ, j’ai vécu une retraite spirituelle, durant laquelle je suis tombé sur un livre intitulé Moine au cœur de la ville de Pierre-Marie Delfieux, fondateur des FMJ.

Cet ouvrage m’a beaucoup marqué, car il mettait des mots sur ce que je désirais vivre au plus profond de moi. Mais mon voyage en Asie me l’avait un peu fait oublier.

Quelques mois après mon retour, j’ai vécu un week-end organisé par la pastorale des jeunes de Lille. C’est là que j’ai entendu l’appel du Christ à une vie consacrée, à travers cette parole de l’Écriture : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » (Jean 15, 13).

C.A. : Et pourquoi avoir choisi d’entrer aux Fraternités Monastiques de Jérusalem ?

F.J. : Grâce à mon accompagnateur spirituel, j’ai pu mettre des mots sur ce que je désirais vivre.

Trois piliers se sont alors dessinés : le désir de d’une vie communautaire, contemplative, avec une ouverture sur le monde.

En 2005, j’ai voulu partir aux Journées mondiales de la Jeunesse de Cologne avec une communauté. Le programme proposé par les FMJ a attiré mon attention et j’ai donc décidé de vivre cette aventure avec eux.

Mais ce qui m’a vraiment permis de les connaître, c’est un pèlerinage au Mont Saint-Michel, dans un lieu de vie de la communauté.

J’ai alors choisi de faire un stage chez eux. Juste avant de partir, je retombe providentiellement sur mes notes écrites suite à la retraite vécue trois ans plus tôt.

Quel bonheur d’y redécouvrir que j’avais tant apprécié ce livre : Moine au cœur de la ville !

J’y ai vu comme une confirmation que le Seigneur m’appelait là.

En avril 2006, je suis entré aux FMJ de Paris. Depuis, je me suis engagé à vie dans la communauté !

C.A. : Devenir prêtre au sein d’une communauté monastique, qu’est-ce-que ça change ?

F.J. : Au sein des FMJ, on ne peut devenir prêtre que si la communauté nous appelle à nous poser la question du sacerdoce.

Autrement dit, c’est l’Église qui pressent qu’un moine peut être appelé à devenir prêtre.

Le parcours de discernement est donc différent de celui d’un prêtre diocésain.

Alors, quand cette question m’a été posée il y a deux ans, après avoir achevé le cycle de théologie, je suis parti en pèlerinage à Orcival, lieu marial. J’ai confié à Marie ce « oui » qui allait faire mûrir ma vocation.

De tempérament plutôt timide, j’avais en effet certaines craintes à l’idée de devenir prêtre.

Mais, au cours de cette année diaconale, j’ai découvert avec joie que le Seigneur me donnait la grâce de les surmonter et qu’il m’invitait à être plus largement au service de ma communauté et des fidèles.

Qu’Il soit béni !

Propos recueillis par Agnès Hernandez

(Visited 52 times, 6 visits today)

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
Twitter2k
Visit Us
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431