samedi 20 juillet 2019
Se connecter    /S'inscrire    /

Homélie du 11 juillet 2019

Au seuil de l’été, l’évangile nous rappelle qu’un chrétien est avant tout un envoyé, un témoin de la Bonne-Nouvelle. Jésus le demande : « sur votre route », la nôtre, c’est-à-dire celle des vacances ou celle de nos quotidiens, « proclamez que le Royaume des cieux est tout proche ».

Comme les premiers disciples avant nous, nous sommes envoyés par Jésus. Mais cela ne va pas sans peine.

Il y a beaucoup à dire et beaucoup à faire. D’abord, il y a une annonce. Sur ce point, Jésus est sans doute trop flou.

« Proclamez que le Royaume des cieux est tout proche ».

Le Royaume est parmi nous, il est déjà là. Nous n’annonçons pas un événement à venir mais un fait accompli. Mais la question est comment l’annoncer ? Quels mots employer, quels moyens trouver pour rejoindre les hommes de notre temps

? Même sans tomber dans une telle généralisation, la question demeure difficile : quels mots employer, quels moyens trouver pour toucher le cœur de mon voisin de pallier ou de mon collègue de travail ? Tout le monde n’a pas les prédispositions ou le talent nécessaire à exhorter les foules.

Comment s’y prendre ?

Nous le savons, il y a bien des manières, qui ne sont pas toutes de l’ordre du discours. Mais Jésus n’en dit pas plus, ce qui n’est guère confortable.

Il continue : « guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons ».

Voici que Jésus devient plus explicite… sans doute un peu trop. S’il est permis de se dire que les lépreux ne sont sans doute plus très nombreux chez nous, ressusciter les morts ou chasser les démons ne paraît pas à portée immédiate !

Est-ce vraiment là le programme des actes que Jésus attend de nous ?

Certainement. Mais il ne convient pas de se laisser impressionner ; cette liste ne doit certes pas être édulcorée, mais elle doit assurément être prise comme elle est donnée : après le commandement d’annoncer la présence du Royaume.

Commençons par annoncer le Royaume, alors nos yeux s’ouvriront sur la présence des malades, des morts et des lépreux dont le Seigneur attend que nous nous occupions. Ils sont dits malades ou morts en rapport au Royaume que nous annonçons et ces guérisons sont possibles parce que le Royaume s’est fait proche.

Quelles soient physiques ou non, les morts que nous avons à vaincre sont liées à notre annonce de l’évangile.

La synthèse de l’annonce et des guérisons que les disciples ont à accomplir tient en une maxime : « vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement ».

Là est l’essentiel. Les apôtres vont de ville en ville, Jésus demande qu’ils soient pris en charge : « car le travailleur mérite sa nourriture ».

Il est clair qu’on n’achète pas la prédication par l’hébergement et que les apôtres n’exigent pas leur nourriture comme un ouvrier réclamerait un salaire.

Il s’agit d’un échange mutuellement gratuit. Là est une belle manifestation du Royaume, car il est question de la dignité des hommes.

Il y a une dignité de la maison qui s’ouvre à l’évangile, une dignité à être ami de la paix, à recevoir la Bonne Nouvelle et à héberger les disciples de Jésus-Christ. Il y a aussi une dignité à transmettre l’évangile et la paix qui vient de Dieu.

Ainsi cet échange est-il vraiment gratuit, parce qu’on n’envisage pas l’égalité des dons échangés, ce n’est ni une rémunération ni un troc, pas même un échange de bons procédés.

Il s’agit d’un style de vie : chacun manifeste sa dignité d’enfant de Dieu en donnant sans rien attendre en retour, en donnant gratuitement comme on a soi-même reçu gratuitement, en manifestant par un échange fraternel la gratuité qui fait vivre.

Seigneur Jésus, nous nous sentons pauvres devant notre mission d’annonce de l’évangile.

Montre-nous combien cette pauvreté est notre richesse car on transmet l’évangile en se donnant soi-même, dans la paix et la force de ton Esprit.

Donne-nous à profusion l’Esprit qui fait annoncer que le Royaume est parmi nous, donne-nous de reconnaître les amis de la paix qui attendent notre témoignage en parole et en actes, donne-nous par-dessus tout de savoir leur donner gratuitement ce que nous avons reçu gratuitement.

Ainsi se dévoile le visage de notre Dieu.

Abbé Philippe Link

(Visited 246 times, 2 visits today)

Etiquettes

Partager

dernier commentaire

  • Le don divin est toujours gratuit et suffisant car c’est l’essence de notre vie qui est contenue dans ce don qui échappe à tout commerce.

    Jésus nous réintroduit dans le royaume où tout est régi par la loi d’amour du Roi qui donne sa vie pour ses amis.

    Ainsi nous découvrons de proche en proche l’accomplissement de la Parole de Jésus qui est toujours présent dans nos vies.

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431