dimanche 16 juin 2019
Se connecter    /S'inscrire    /

Homélie du 24 mai 2019

 




LIRE LES LECTURES DU JOUR

 

Aimer ! Ce don de nous-mêmes n’est pas le fruit d’une générosité humaine, aussi louable soit-elle. Un tel comportement manifesterait que nous sommes encore des serviteurs ; or Jésus précise : « Je ne vous appelle plus serviteurs mais amis, car tout ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître ».

Notre-Seigneur nous signifie par là que nous sommes invités à abandonner nos efforts stériles – n’avons-nous pas tous fait la douloureuse expérience de notre impuissance à aimer de charité ? – pour entrer avec lui dans l’abandon à l’Esprit d’amour du Père qu’il nous a fait connaître. Pour être sûr qu’il ne subsiste aucune ambiguïté, Jésus souligne qu’une telle fécondité, toute surnaturelle, de nos vies, n’est possible qu’en raison de son appel : « C’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure ». Dans sa première lettre, Saint Jean nous précise que cet appel qui nous vient par le Fils, émane ultimement du Père lui-même : « Voici à quoi se reconnaît l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils qui est la victime offerte pour nos péchés » (1 Jn 4, 10). C’est donc dans l’appel du Père, qui nous vient par son Fils, que nous trouverons la force de nous arracher à notre inertie, pour entrer dans cette logique déconcertante du don de nous-même, dans un élan qui ne vient pas de nous !

Dieu donne ce qu’il ordonne ; seule sa Parole créatrice peut prendre autorité sur notre mort spirituelle – c’est-à-dire notre impuissance à vivre dans la charité – et nous resituer dans le grand courant de l’amour filial, en dehors duquel nos vies demeurent stériles. Lorsque Notre-Seigneur nous dit : « Aimez-vous les uns les autres », il nous demande simplement d’être les uns pour les autres les canaux de l’amour du Père pour chacun de ses enfants. Somme toute, notre seule préoccupation devrait être de guetter les mouvements de l’Esprit, afin de ne pas résister à ses motions, et consentir ainsi à vivre dans l’Amour de charité qui vient de Dieu. « Alors tout ce que vous demanderez au Père en mon Nom, il vous l’accordera », car « ce qui glorifie mon Père, c’est que vous soyez pour moi des disciples et que vous portiez du fruit en abondance » (Jn 15, 8).

Ne nous préoccupons donc plus de notre faiblesse : c’est encore de l’orgueil que de nous en chagriner. Acceptons notre impuissance puisque c’est en elle que va se déverser la toute-puissance divine : « Ma grâce te suffit : ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse » (2 Co 12, 9). Osons nous livrer à l’amour, dans la certitude que c’est notre petitesse qui attire le regard du Très-Haut. « Je n’hésiterai donc pas à mettre mon orgueil dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ habite en moi » (Ibid.).

Et pour nous stimuler dans notre marche, souvenons-nous de cette Parole si consolante de Notre-Seigneur : « Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous et que vous soyez comblés de joie ».

 

Abbé Philippe Link

 

 

 

(Visited 169 times, 3 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431