dimanche 16 juin 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilÉgliseLe respect des droits de l’homme en Europe vu par le pape François

Le respect des droits de l’homme en Europe vu par le pape François

Le pape François, lors de son discours au Parlement européen le 25 novembre 2014, a insisté sur la dignité humaine, la liant au respect des droits humains.

« En m’adressant à vous aujourd’hui, à partir de ma vocation de pasteur, je désire adresser à tous les citoyens européens un message d’espérance et d’encouragement.

Encouragement pour revenir à la ferme conviction des Pères fondateurs de l’Union Européenne, qui ont souhaité un avenir fondé sur la capacité de travailler ensemble afin de dépasser les divisions, et favoriser la paix et la communion entre tous les peuples du continent. Au centre de cet ambitieux projet politique il y avait la confiance en l’homme, non pas tant comme citoyen, ni comme sujet économique, mais en l’homme comme personne dotée d’une dignité transcendante.

Je considère qu’il est plus que jamais vital d’approfondir aujourd’hui une culture des droits humains qui puisse sagement relier la dimension individuelle, ou mieux, personnelle, à celle de bien commun.

Chers Eurodéputés, l’heure est venue de construire ensemble l’Europe qui tourne, non pas autour de l’économie, mais autour de la sacralité de la personne humaine, des valeurs inaliénables. »

Le pape François au parlement européen,

Strasbourg, 25 novembre 2014

Le sens de la dignité humaine

Cette notion désigne le « caractère précieux » de l’homme, la valeur qui le distingue des autres créatures vivantes. C’est sa considération qui mérite à tout homme le respect, et c’est en elle que le pape, à l’instar des organisations internationales, voit la cause des droits de l’homme.

L’Église enseigne que l’homme tient sa dignité de son divin Créateur, car il en a reçu, à Sa ressemblance, la capacité « innée » « de distinguer le bien du mal ». C’est là un honneur insigne, une haute dignité qui, sur terre, est réservée à l’homme. Notre conscience morale nous permet de percevoir le « bien », qui est transcendant, et engage notre responsabilité. C’est en ce sens que l’on peut parler, avec le pape François, de « dignité transcendante de l’homme ». La finalité de l’homme dépasse la société car, sans être lui-même transcendant, il est ouvert à la transcendance. C’est pourquoi les hommes ne devraient pas être « traités comme des objets » de production et de consommation jetables.

À l’opposé, le pape dénonce aussi la tendance à l’absolutisation de l’individu et la revendication de droits subjectifs détachés du « bien commun » et ignorant des « devoirs ». Il invite à une compréhension plus juste des droits humains, qui seraient non pas au service d’individus égoïstes, mais protecteurs de personnes intégrées socialement et harmonieusement ordonnées au bien commun. C’est ainsi que les droits humains trouvent leur sens et leur limite, évitant alors de devenir « source de conflits et de violences ».

Grégor Puppinck, directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ)

Pour lire le discours du Pape, c’est par ici… 

(Visited 59 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431