mercredi 21 août 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilParole LibreChronique : j’étais étrangère et vous m’avez accueillie

Chronique : j’étais étrangère et vous m’avez accueillie

Manahel, chrétienne d’Irak, a été accueillie à Schiltigheim. Malgré les épreuves, elle a gardé la foi.

J’ai fui l’Irak en juillet 2014, quand Daech a déclaré le califat à Mossoul. Après des mois à Erbil, dans le nord de l’Irak, je suis arrivée en France avec ma famille le 10 juillet 2015. Nous avons tout perdu, tout laissé derrière nous. Mais nous avons pu conserver le plus important pour nous, notre foi en Jésus. Nous avons été accueillis par les paroissiens de Schiltigheim : nous avons retrouvé notre famille religieuse. Nous avons été parrainés par Éliane qui nous a aidés à nous intégrer.

La rencontre avec l’archevêque m’a réjouie énormément. J’ai ressenti la parole de Jésus-Christ, quand il a dit : « Venez les bénis de mon Père…Recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde…J’avais soif et vous m’avez donné à boire. J’étais étranger et vous m’avez accueilli. J’étais nu, malade et en prison ». Alors la venue de l’archevêque, ça montre qu’il a appliqué la parole de Dieu, de partager avec nous nos sentiments et qu’il nous a donné des conseils pour vivre en chrétiens.

Car nous voulons nous intégrer complètement, dans l’Église et dans la société. Notre avenir est en France, nous ne retournerons pas en Irak. Le plus important, c’est de pouvoir continuer à vivre notre vie en chrétien. Raphelle et Amjad, mes deux plus jeunes enfants, sont servants de messe. Amjad prépare la profession de foi et ma fille Roah est lectrice aux offices du dimanche. Quand je peux, je participe aux réunions de partage de l’Évangile, le jeudi soir au presbytère de Schiltigheim.

Et la façon dont on fête Noël, c’est différent de ce que nous connaissions en Irak,  avec les décorations, le marché de Noël. Deux années de suite, pour le marché de Noël de Schiltigheim et l’an dernier pour celui de la Cour Saint Nicolas auquel les Irakiens ont participé, nous avons préparé, avec d’autres familles, des petits gâteaux traditionnels. C’est rassurant de voir que l’on peut exprimer librement sa foi chrétienne. Et cela nous fait du bien d’avoir toute l’année la gentillesse et l’écoute des Français, qui nous aident beaucoup.

Manahel Hano, chrétienne d’Irak réfugiée à Schiltigheim

(Visited 67 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

dernier commentaire

  • Quelle auguste postérité pour le repos d’un instant d’un postérieur apostolique.

    La proximité par le partage de la même condition – position est un moyen de s’approprier un peu du charisme qui émane du successeur des apôtres.

    Le frère de BENOIT XVI a écrit un livre  » mon frère, le pape » dont le titre m’a ému par sa faculté de rendre proche, ce qui semble éloigné par la fonction.

    En cette Fête de St Joseph, c’est aussi l’occasion de méditer sur la proximité paternelle entre le descendant David et le protecteur de l’enfant Jesus et de la Sainte Famille.

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431