lundi 17 juin 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilÀ la uneAbus sexuels : la parole libérée en Alsace

Abus sexuels : la parole libérée en Alsace

 

Dans le sillage de la lettre pastorale sur les abus sexuels dans l’Église, publiée au mois de septembre 2018 par Mgr Luc Ravel, la commission « Mieux vaut tard » a pour mission de sensibiliser le peuple de Dieu à cette question complexe et de l’inviter au débat.

La commission « Mieux vaut tard » a été créée par Mgr Ravel le 4 octobre 2018. Elle est composée de sept membres, dont certains ont une connaissance très pointue du sujet :
• Sœur Susannah, des Fraternités monastiques de Jérusalem, spécialiste de la théologie du corps,
• Père Francis Brignon, prêtre coopérateur à Valff et ancien aumônier de prison,
• Monique Lohr, animatrice « vivre en couple », ancienne membre du Conseil épiscopal,
• Geneviève Stirnemann, ancienne animatrice de zone pastorale,
• Jean Thomas, responsable de la pastorale au collège épiscopal de Walbourg,
• Marie-Jo Thiel, médecin, théologienne et membre de l’Académie pontificale pour la vie,
• Anne Danion, pédo-psychiatre.

Opération sensibilisation

Ce groupe d’experts est envoyé en mission par Mgr Ravel pour initier « une véritable culture du débat » sur la question des abus sexuels. À l’image des premiers disciples, ils vont deux par deux, dans chaque zone pastorale, pour sensibiliser les prêtres et agents pastoraux aux aspects historiques, juridiques, ecclésiaux et psychologiques de ce sujet.

Si l’objectif premier de ces rencontres est d’informer et d’inviter au débat, les membres de la commission « Mieux vaut tard » ne perdent pas de vue le but ultime de leur mission : parvenir à l’adoption d’une charte de bonne conduite en matière d’abus sexuels, applicable dans tout le diocèse de Strasbourg.

Une charte de bonne conduite

Les rencontres sur le terrain leur permettent de recueillir des propositions d’actions à mettre en place, des points concrets d’attention et de prudence, à la fois pour prévenir ce type de comportement, pour envisager des actions de formation, mais aussi pour réfléchir à un processus de signalement.
Autant de questions qui seront abordées dans la charte de bonne conduite qui devrait être finalisée en décembre 2019. Dans cette perspective, la commission travaille également en étroite collaboration avec certaines victimes, qui ont été reçues personnellement par Mgr Ravel.

Tous concernés

Pour l’heure, les prêtres et agents pastoraux, soutenus par la commission, sont invités à animer eux-mêmes le débat sur la question des abus sexuels avec le « peuple de Dieu », auprès duquel ils sont actuellement en mission. De cette manière, les baptisés pourront être pleinement associés à cette démarche, qui se veut la plus large possible.
C’est dans cet esprit démocratique et transparent que Mgr Luc Ravel souhaite surmonter cette tempête que traverse actuellement l’Église catholique. L’objectif de ce « grand débat ecclésial », qui fait écho à la démarche initiée par Emmanuel Macron, Président de la République, est de « prendre [clairement] les moyens [d’exercer une forme de] vigilance préventive ». Une vigilance qui « jouera toujours en notre faveur », comme le souligne Mgr Ravel dans « Mieux vaut tard », sa lettre pastorale sur les abus sexuels.

Agnès Hernandez

Pour contacter la commission « Mieux vaut tard » : francis.brignon200@orange.fr • 03 88 08 77 12 / 06 66 14 56 23

(Visited 103 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431