Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilDossiersDossier du moisLes terres agricoles des Églises d’Alsace

Les terres agricoles des Églises d’Alsace

Les institutions catholiques ne possèdent que très peu de terres agricoles en Alsace et en Moselle. Mais côté protestant, le chapitre de Saint Thomas a hérité d’un vaste patrimoine.

Il est ainsi le plus gros propriétaire de terres agricoles du Bas-Rhin avec un total de 1650 hectares répartis sur 150 communes, principalement dans le Kochersberg. La fondation Saint-Thomas, à laquelle le chapitre appartient aujourd’hui, loue ses parcelles en contrepartie d’un loyer annuel à 670 exploitants agricoles. Ces fermages lui ont rapporté en 2017 près de 340 000 euros, qui servent à financer ses œuvres sociales en faveur des étudiants.

Côté catholique, la fondation de l’œuvre Notre-Dame, issue historiquement du chapitre de Notre-Dame, est depuis déjà longtemps une institution publique gérée par la ville de Strasbourg. Ses nombreuses terres et forêts, louées en fermage, servent à financer l’entretien et la rénovation de la cathédrale. « La Fondation Saint-Thomas ne fait aucune spéculation sur ses terres et cherche à les préserver », insiste son directeur Marc Urban.

Extensions de zones industrielles et artisanales, création de pistes cyclables, promotion immobilière… Il est cependant fréquent que les collectivités publiques préemptent ces terres. Prochainement, la fondation pourrait perdre une partie de son patrimoine au bénéfice du projet autoroutier du Grand contournement ouest de Strasbourg : une partie de ses terres du Kochersberg pourrait faire l’objet d’une déclaration d’utilité publique, à moins que Vinci et elle ne trouvent un accord à l’amiable avant cela.

Dans un contexte de forte tension foncière, la Fondation protestante a mis en place une commission pour attribuer les terres libérées par la fin d’activité d’un locataire. « Aujourd’hui, c’est presque un acte politique de réattribuer des terres », confie Marc Urban. Un collège de quatre personnes se concerte donc avant toute décision, en suivant plusieurs critères. Il essaie de privilégier notamment les jeunes agriculteurs qui s’installent, mais aussi ceux qui ont un projet compatible avec le développement durable.

Claire Gandanger (Le Nouveau Messager)

(Visited 27 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.