Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilDossiersDossier du moisLes Églises d’Alsace auprès des agriculteurs

Les Églises d’Alsace auprès des agriculteurs

Quand protestants et catholiques partagent les joies et les peines des agriculteurs.

« Il est vital que le travail agricole soit reconnu par l’ensemble de la société » ont souligné d’une seule voix une délégation de 25 évêques, mandatée par la Conférence des Évêques de France en février 2018, lors du salon international de l’agriculture. Cette présence épiscopale, destinée à soutenir les agriculteurs, est aussi une réponse à l’invitation du pape François. Dans son encyclique Laudato Si, il invite à un autre rapport au monde rural :

Ne soyons pas le dominateur, consommateur ou pur exploiteur de ressources, incapable de fixer des limites à ses intérêts immédiats. 

Dans les territoires ruraux, les prêtres et les pasteurs sont à l’écoute de leurs paroissiens du monde agricole. Pasteure en poste à Mietesheim, Barbara Guyonnet explique : « Des agriculteurs me font part de leurs soucis. Ils savent que leur avenir va nécessiter des remises en questions et se sentent souvent seuls et incompris. »

Initiatives chrétiennes

Première association française de développement, le Comité Catholique contre la Faim-Terre Solidaire a lancé le programme TAPSA entre 2018 et 2022. Doté d’un budget de 12 millions d’euros, il vise à favoriser la transition d’acteurs du monde paysan vers des méthodes agricoles respectueuses de l’environnement.

Le mouvement Chrétiens dans le Monde Rural (CMR) rassemble 330 personnes en Alsace, dont quelques agriculteurs. Afin de promouvoir le vivre-ensemble dans le monde rural, ses membres se rencontrent au sein de petites équipes où ils lisent aussi la parole de Dieu : « L’agriculture, on en parle mais on associe cela à la santé, l’alimentation » explique Christophe Krust, président du CMR 68.

Le Mouvement d’action rurale (MAR), d’inspiration protestante et fondé en 1946, favorise l’échange, notamment lors de rencontres nationales. D’après son président, Georges Fintz, il comprend actuellement en Alsace une trentaine de familles, la plupart retraitées de l’agriculture. Le MAR entretient des liens avec le mouvement allemand Evangelischer Dienst auf dem Lande, dont les actions ciblent entre autres les jeunes des milieux ruraux ainsi que la formation d’adultes. En Suisse, l’Église évangélique du Canton de Vaud est partenaire d’une aumônerie œcuménique dédiée aux agriculteurs. Pascale Cornuz en est actuellement l’aumônier protestant : « Je suis beaucoup sollicitée et souvent la situation est grave. »

Lieu d’Église, La Petite Vigne est un centre d’accueil et de formation implanté au cœur du vignoble alsacien à Bennwihr. Parmi ses propositions, il y a des sorties pour découvrir l’audace d’un agriculteur, d’un viticulteur. Ce centre d’accueil dispose également d’une pièce de vignes. « Toute l’année, vignerons ou non travaillent les vignes. Les viticulteurs, les agriculteurs qui se croisent à La Petite Vigne partagent leur amour de la terre et du vin et s’emploient à faire (re)connaître leur travail » précise Nathalie Hammer, coopératrice pastorale.

Redonner confiance

Fin 2017, à l’initiative des Semaines Sociales de Bretagne, de Solidarités Paysans et du CMR, le groupe de paroles Agriculteurs en difficultés a été expérimenté à Locminé (56). Une expérience positive comme l’a souligné l’un des agriculteurs participants : « Ce groupe m’a permis d’avancer, de reprendre confiance en moi pour avancer. » Pour les organisateurs : « On peut dire que ce type de groupe a toute son utilité et que l’expérience vaut le coup d’être renouvelée. »

Caroline Lehmann (Le Nouveau Messager) et Isabelle Dumont (Carrefours d’Alsace)

(Visited 24 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.