Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilParole LibreChronique : le temps de la vigne

Chronique : le temps de la vigne

Bruno Schloegel est vigneron. Depuis plusieurs années, il pratique la viticulture sauvage, pour se mettre davantage à l’écoute de la nature.

J’ai pour habitude de dire que c’est la vigne qui me cultive. Le mot vigneron – Winzer – désigne cette complicité que je m’efforce de cultiver, plus que la vigne elle-même.

De la danse avec les vignes, lors du tressage des rameaux au printemps, au temps fort de la récolte, véritable Hochzit, en passant par la vie printanière, fleurs, insectes, …et la puissante pousse de la liane qui projette ses rameaux vers la lumière de l’été, cette reconnaissance est possible. Du point du vue de la vigne, qu’est-ce que ce jus que l’humain presse pour en tirer une boisson fermentée appelée vin ? Un tissu rétributif, une manière de payer en retour d’autres êtres vivants qui libéreront le pépin mûr, apte à germer. Des champignons ou des bactéries, bien sûr les oiseaux, savent coloniser cette étape sans nuire au pépin.

Le vigneron qui écoute sa vigne peut s’inscrire dans cette chaîne de la vie, comme un autre frugivore, avec très peu d’intrants ou de techniques. Car mieux que nous la vigne sait mûrir ses fruits, bien avant sa domestication et depuis des dizaines de millions d’années. Ni gavée, ni fragilisée, elle sait grandir à son rythme, se défendre et devenir féconde. Non rognée, elle dimensionne et déploie ses rameaux pour nourrir ses fleurs fécondées. En fin de cycle, ses feuilles jaunissent et tombent, révélant ses baies mûres prêtes à être consommées… ou vendangées. Alors que les sciences nous indiquent clairement que l’intensité de notre récente activité d’exploitation du vivant nous élimine nous-même de notre planète, alors que d’autres cultures nous invitent à revoir notre relation à la vie, alors que les philosophes nous rappellent notre responsabilité envers les générations à venir, nos évangiles ne sont pas en reste pour nous inviter à conserver un regard d’enfant.

Un cep de vigne peut vivre plusieurs siècles. Il voit passer les vignerons. Si nous savions l’écouter, il nous dirait : « vivez d’éternité, comme si vous étiez toujours présents ».

Bruno Schloegel, vigneron

Pour en savoir plus : https://lissner.fr/ 

 

(Visited 17 times, 2 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.