Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
lundi 18 février 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier

Homélie du 11 février 2019

 




LIRE LES LECTURES DU JOUR

Toute la péricope est visuelle : aucune mention d’une parole prononcée, ni par le Seigneur, ni par la foule. L’attention se porte exclusivement sur le regard, comme dans une méditation ignacienne où le retraitant se concentre successivement sur les différentes perceptions – vue, ouïe, goût, odorat, toucher – pour ne rien perdre de l’apport de chacune d’elles.

Cette présentation, propre à saint Marc, nous permet de suivre l’activité de Jésus avec un certain recul, d’y assister comme on contemple une scène sur un écran. Or les quelques situations rapidement esquissées, mettent admirablement en lumière l’impact de la personne de Jésus sur « les gens », c’est-à-dire ces hommes et ces femmes peu instruits dans les choses religieuses, mais qui ont perçu avec l’intuition sûre du cœur, la bonté surnaturelle de ce Rabbi pas comme les autres. Loin de se cantonner dans les milieux des scribes et autres docteurs de Jérusalem, Jésus s’expose en effet au peuple des petits, des malades, des pécheurs ; il sort à leur rencontre « dans les villages, les villes et les champs », au grand scandale des bien-pensants, mais pour la plus grande joie des pauvres.

 

Notre-Seigneur est bouleversé devant tant de misère, physique, psychique et spirituelle ; mais il est bien plus ému encore par la solidarité qui unit ces hommes et ces femmes :

 

Ils se mirent à transporter les malades là où on apprenait sa présence ; on déposait les infirmes sur les places.

 

Cette communion dans le malheur n’est-elle pas déjà une manifestation de l’Esprit de charité que Jésus est venu répandre en plénitude dans les cœurs de bonne volonté ? Le geste qu’ils supplient Jésus de leur laisser faire – toucher la frange de son vêtement – peut paraître superstitieux aux esprits critiques ; mais nous avons appris dans l’épisode de la femme hémorroïsse qu’il est bien plus fondamentalement l’expression de la foi des cœurs simples. Croire c’est se laisser toucher par la présence de Dieu en Jésus Christ, et le toucher en signe d’accueil de la grâce qu’il nous offre. Toucher c’est se compromettre dans une relation interpersonnelle dont le premier mot est ce geste de confiance, d’espérance et de tendresse respectueuse.

 

Dieu ne veut pas la souffrance de ses enfants ; mais maintenant qu’elle est devenue leur lot suite au péché, il va s’en servir pour en tirer un plus grand bien. La maladie, la souffrance et la mort nous obligent à reconnaître notre non-suffisance ; elles dénoncent de façon criante le mensonge du Démon, qui avait séduit nos premiers parents par la promesse d’une humanité divine :

 

Vous serez comme des dieux.

Elles sont le signe dans notre corps d’un besoin de guérison à tous les niveaux de notre être. La revanche de la miséricorde divine consiste précisément à se déverser en abondance dans ces plaies qui nous humilient, mais qui nous obligent à faire la vérité :

 

Tous ceux qui touchaient la frange de son manteau étaient sauvés.

Le Seigneur ne fait pas les choses à moitié : la guérison des corps est le signe d’une intervention victorieuse qui atteint toutes les dimensions de la personne, dans la mesure où elle ouvre son cœur au Fils de Dieu dans la foi, et se livre à l’Esprit qui agit à travers lui.

Cette péricope n’est pas un fait divers extrait de la gazette locale de Génésareth, daté de l’an 32 de notre ère. A travers ces quelques lignes, nous sommes nous aussi bien réellement mis en présence de Jésus ressuscité, qui continue à s’offrir au monde dont il est le salut. Chacun d’entre nous décide de sa participation à ce mystère dans la mesure même de sa foi.

Que le respect humain et les sophismes du Prince de ce monde ne nous tiennent pas éloignés de celui qui a voulu se faire proche de nous pour nous donner part à sa propre vie. Supplions Jésus de nous « laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau », et ne doutons pas du salut qu’il nous offre.

Abbé Philippe Link

(Visited 261 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

dernier commentaire

  • « Dieu dit. Et ce fut ainsi » (Gn 1, 1-19)
    Revêtu de magnificence, tu as pour manteau la lumière !
    « Tous ceux qui touchèrent la frange de son manteau étaient sauvés » (Mc 6, 53-56)
    Jésus proclamait l’Évangile du Royaume et guérissait toute infirmité dans le peuple

    La personnalité de Jésus-Christ Fils de Dieu est rayonnante de l’Amour Divin Éternel. Nous ne pouvons nous en rendre compte que dans la proximité de sa Parole, de son Corps et des dons de l’Esprit Saint qui émanent de Lui Divinement : nul ne prend ma vie c’est moi qui la donne. L’actualité du mystère Eucharistique dépasse de beaucoup l’inflation médiatique et informatique d’un monde qui tourne malheureusement sur lui même.

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.