mercredi 21 août 2019
Se connecter    /S'inscrire    /

Homélie du 27 janvier 2019




LIRE LES LECTURES DU JOUR

Il se passe quelque chose d’absolument extraordinaire, de totalement nouveau, le jour où, dans la synagogue de Nazareth, Jésus proclame la Parole de Dieu.

Pour la première fois, retentit la voix propre et personnelle de la Parole divine, la voix humaine de la Parole divine. Là, pour la première fois, on remonte vraiment, à travers une liturgie de la Parole, à l’expérience originelle, à l’expérience intime, qui était celle du prophète qui des siècles auparavant, avait perçu en son cœur, cette présence et cette voix indicible. Instant impressionnant à Nazareth, où les mots de l’Écriture et la voix qui les porte, coïncident soudain totalement. Instant impressionnant, où l’Écriture devient vivante. Jésus parle en son nom propre, il est en sa chair, et en ses actes, le Visage enfin révélé de ce « je » mystérieux qui parlait au Prophète. Jésus est en personne cet être, qui des siècles auparavant avait murmuré au fond de l’âme du prophète Isaïe :

L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a consacré par l’onction, il m’a envoyé porter la bonne nouvelle aux pauvres (Is 61, 1).

Aujourd’hui, parce que ce Verbe mystérieux s’est fait chair, s’est fait «voix humaine», la Parole s’accomplit. La Parole divine se donne totalement dans cette voix personnelle de Jésus. Désormais, nous ne sommes plus, nous, comme dans l’ancienne Alliance, à distance de la Parole, comme extérieurs malgré tout à elle. Il nous est donné à tous depuis notre baptême, de faire cette expérience intime de la voix de Jésus au fond de notre cœur. Pas seulement une parole de Dieu qui nous viendrait de l’extérieur, rituellement, mais l’expérience d’une communion profonde en notre cœur, avec la Parole qui se donne en personne, la voix intime du Christ. Car par notre baptême, nous sommes prophètes. Nous sommes capables d’écouter personnellement, de recevoir personnellement la Parole de Dieu, et de percevoir sa Présence en nous.

La Bible n’est plus fermée pour nous, elle ne doit plus l’être en tout cas, ce serait contradictoire avec la grâce que nous avons reçue. Nous devons prier avec et par l’Écriture, car nous connaissons personnellement son Auteur, nous connaissons le Verbe incarné. D’une certaine manière, nous sommes familiers de sa voix. Quand nous lisons lentement l’Écriture, dans un esprit de prière, la Parole de Dieu écrite devient peu à peu, une voix, une voix prononcée au fond de notre cœur.

La meilleure méthode, pour entrer dans cette lecture priante de l’Écriture, c’est de lire et relire doucement quelques versets, un psaume par exemple, jusqu’à ce que ces versets deviennent au fond de nous, non plus une parole distante mais la voix du Christ. Cette voix familière voix de celui qui s’adresse personnellement à nous, et nous fait exister.

Lisons l’Écriture comme une lettre d’amour. Le Christ s’adresse réellement à nous, il nous faut prendre le temps de lire et relire jusqu’à ce que la Parole devienne « voix » au fond de notre cœur.

Abbé Philippe Link

(Visited 331 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431