jeudi 25 avril 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilÉgliseChronique : avec Dieu, tout est possible

Chronique : avec Dieu, tout est possible

 

Le père Michael Erohubie, originaire du Nigéria, est arrivé en Alsace sans parler un mot de français. Il est aujourd’hui au service de la paroisse de Wangenbourg-Engenthal, et nous partage son enthousiasme.

« Tu es fou, tu as besoin de soins » m’a répondu mon frère quand je l’ai informé de mon départ pour la France sans parler un mot de français. Au Sud-Nigéria, je gérais alors un hôpital spécialisé dans les soins de vih/sida. Je suis venu en France comme prêtre-étudiant pour suivre un Master d’éthique médicale. J’ai enchaîné un master de théologie avec ma seconde année d’éthique médicale tout en étant aumônier des scouts à la Robertsau. Cette parole de la Bible m’a beaucoup aidé : « À chaque jour suffit sa peine » (Mat, 6, 34). Mon espérance, c’est que Dieu est avec nous et donc, tout est possible. Dieu ne nous appelle pas à tout faire mais à faire de notre mieux. Aujourd’hui, j’ai la joie de servir la paroisse de Wangenbourg-Engenthal, Quand j’ai souhaité créer une équipe de réconfort pour les personnes isolées, on m’a dit : « c’est impossible ». Aujourd’hui, ce service est assuré. Avant de dire, ce n’est pas possible, il faut tout essayer. J’ai aussi créé un groupe de jeunes qui se rencontrent une fois par mois pour faire du foot, marcher, avoir une activité spirituelle aussi. Des jeunes mineurs migrants nous ont également rejoints.

Aumônier bénévole pour le CCFD Terre-Solidaire, je m’intéresse beaucoup à la question de la lutte contre la faim et du développement dans le monde. Je suis aussi heureux d’avoir lancé une association appelée Gerca (thegercainitiative.com). Elle vise à favoriser le développement par l’éducation de la jeunesse au Nigéria, en lien avec la France, autour de projets concrets de formations. Les Français oublient souvent leur chance, j’appelle cela l’ignorance bienheureuse ! En France, l’État paie une partie de la scolarité. Dans mon pays d’origine, on a des écoles publiques, où il y’a un enseignant pour 1000 élèves. Mon père a dû vendre sa voiture pour que mon frère et moi puissions continuer des études dans le privé. Cela ne devrait pas être exceptionnel d’avoir une éducation de qualité. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent « La vie était mieux avant » même si je pense que le monde pourrait devenir encore meilleur.

Père Michael Erohubie, prêtre de la paroisse de Wangenbourg-Engenthal

 

 

(Visited 55 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE