Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
lundi 18 février 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier

Homélie du 17 janvier 2019




LIRE LES LECTURES DU JOUR

Un lépreux se jette aux pieds de Jésus. Qu’est-ce qui le pousse à poser ce geste ? Jésus ne va-t-il pas comme tous les autres le repousser selon ce que prescrit la Loi, lui que tous regardent comme portant dans sa chair les conséquences de péchés graves ?

Pourtant, du plus profond de sa détresse, il ose lancer un cri vers Jésus : « Si tu le veux, tu peux me guérir », appel qui résonne comme une confession de foi car selon la Loi seul Dieu est considéré comme ayant le pouvoir de guérir la lèpre.

Jésus est « ému de compassion » nous dit l’évangile. Il prend déjà sur lui la souffrance physique de cet homme mais aussi celle de son isolement, de sa mise à l’écart de la société. Il se penche vers lui comme pour franchir la distance que ses frères en humanité ont établi entre lui et eux. Il étend la main et touche l’intouchable, l’impur, et par ce contact le réintègre dans le monde des vivants.

La parole de Jésus qui accompagne son geste en révèle tout le sens :

Je le veux, sois purifié.

Oui, c’est librement que je te guéris, c’est là mon désir le plus profond : te libérer de ta mort en allant jusqu’à la toucher, la traverser, la prendre sur moi pour te communiquer ma vie et te réintroduire dans le monde des vivants.

A travers ce miracle de Jésus, c’est toute la Bonne Nouvelle de l’évangile qui nous est révélée. La lèpre, symbole du péché qui nous ronge, ne peut résister à la volonté de salut du Fils sollicité par notre prière confiante :

Seigneur, si tu veux, tu peux me purifier.

En Jésus, la main du Père peut alors s’avancer jusqu’à toucher notre humanité marquée par le péché pour la purifier. En son Fils Jésus-Christ, Dieu n’est pas venu pour juger ou condamner, il est venu pour pardonner, libérer, guérir et sauver.

En témoignant de ce que la miséricorde du Père est à l’œuvre en lui, cette guérison de Jésus est donc bien plus qu’un simple miracle physique. En elle, se trouve contenue toute la signification de sa mission qui va se déployer dans la suite de l’évangile et trouver son accomplissement plénier dans sa mort et sa résurrection : ramener vers le Père le cœur de tous ses enfants dispersés. Oui, Jésus nous sauve en rétablissant entre nous et le Père le lien que le péché avait détruit.

Ses miracles et ses guérisons, Jésus les veut donc comme des signes qui renvoient vers le Père et vers son Amour infini pour les hommes. Mais, il ne veut surtout pas à travers eux attirer à lui car alors il ferait lui-même obstacle à sa mission. Le signe de la miséricorde divine serait réduit à l’intervention spectaculaire d’un magicien. Les œuvres de guérisons de Jésus se trouveraient alors détournées de le leur finalité. Elles ne révèleraient plus rien.

La gloire de Jésus c’est de révéler toute la tendresse et la miséricorde du Père. Voilà pourquoi, lorsque la nouvelle de la guérison du lépreux se répand et que des foules accourent pour entendre Jésus et se faire guérir de leurs maladies, celui-ci se retire dans le désert pour prier. Ceux qui parlent beaucoup de lui, Jésus les renvoie au silence du désert pour y entendre résonner la Parole de salut du Père qui seule restaure l’homme pécheur dans sa filiation :

Tu es mon fils bien-aimé. Tu as du prix à mes yeux et je t’aime.

Abbé Philippe LINK

(Visited 295 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

dernier commentaire

  • Bonjour Philippe,merci ça m’aide à mieux préparer le premier pardon, des enfants qui aura lieu le samedi 26 janvier ,
    Mais comment tu fais? c’est très beau tes explications bonne journée Marie jo et union de prières

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.