Se connecter    /S'inscrire    /

Homélie du 9 janvier 2019



LIRE LES LECTURES DU JOUR

 

« Et nous, nous avons reconnu et nous avons cru que l’amour de Dieu est parmi nous. Dieu est Amour : celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu et Dieu en lui » (1 Jn 4, 16).

 

Reconnaître en Jésus le Fils envoyé du Père est la preuve de l’orthodoxie de notre foi mais est aussi la preuve de l’amour suprême de Dieu pour nous car « le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde » (1 Jn 4, 14). La divinité du Christ, l’amour de Dieu pour nous, et notre amour pour Dieu et les hommes ne peuvent être séparés. Priver le Christ de sa divinité c’est priver Dieu de la gloire de son amour et priver l’homme de la seule foi qui produit en lui un amour parfait : « si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour atteint en nous sa perfection » (1 Jn 4, 12).

 

Mais voilà, l’homme, dans son état de péché, est incapable de croire et d’aimer. Il est à la fois aveugle et égoïste. N’est-ce pas ce qui apparaît dans l’épisode de l’évangile de Marc où Jésus, marchant sur les eaux, vient à la rencontre de ses disciples ? Marc prend bien soin de préciser que « leur cœur était aveuglé » (Mc 6, 52). Les disciples ont eu peur de Jésus et cet effroi a aveuglé l’intelligence de leur cœur. Ils ont cru voir un fantôme qui venait les menacer. Ils n’ont pas reconnu Jésus. A ce moment de l’évangile, ils n’ont pas encore « reconnu et cru que l’Amour de Dieu » était en Jésus parmi eux, ils n’ont pas encore « reconnu et cru » que Jésus était le Fils envoyé par le Père pour sauver les hommes.

 

Ce n’est qu’après la Pâque – et même la Pentecôte – que ces mêmes disciples, illuminés par l’Esprit, comprendront qui est celui qu’ils ont suivi. Ils pourront alors interpréter les événements déconcertants qu’ils ont vécus avec lui et nous rapporter cette relecture dans les évangiles pour que nous aussi nous ayons accès au mystère du salut par la foi en leur témoignage.

 

Etablis dans cet amour, nous n’avons plus peur car « il n’y a pas de crainte dans l’amour » (1 Jn 4, 18). Laissons résonner à nos oreilles ces paroles de Jésus : « Confiance ! C’est moi ; n’ayez pas peur ! » (Mc 6, 50) Au milieu de nos tempêtes, prenons-le dans notre barque. Laissons-le nous aimer le premier et venir demeurer en nous pour qu’à notre tour nous puissions demeurer en lui, dans la paix et la sérénité que donnent la foi et l’amour.

 

Abbé Philippe LINK

(Visited 260 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.