Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
mardi 22 janvier 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier

Homélie du 7 janvier 2019



LIRE LES LECTURES DU JOUR

 

Enjambant le récit du baptême de Jésus – que nous méditerons dimanche prochain – ainsi que celui de la tentation au désert, la liturgie de ce jour nous conduit au début du ministère public de Notre-Seigneur.

 

L’évangéliste précise qu’à l’annonce de l’arrestation de Jean-Baptiste, Jésus « se retire en Galilée ». C’est donc qu’il résidait régulièrement en Judée, et en particulier à Jérusalem. Le récit suggère que Notre-Seigneur se replie au Nord du pays par prudence, ce qui laisserait sous-entendre que son visage est déjà connu des responsables religieux, et qu’il est associé au mouvement de réforme amorcé autour du Baptiste. Ainsi s’annonce déjà la tension qui traversera tout le premier évangile : tout tend à prouver que Jésus est bien le Messie ; conformément aux Ecritures, il est né à Bethléem (Mt 2, 6), dans la maison de Joseph, fils de David (Mt 1, 20) ; il accomplit les œuvres annoncées par les prophètes. Et pourtant il est l’objet de persécutions de la part des siens dès sa plus tendre enfance, alors que « des mages venus d’Orient » (Mt 2, 1) le reconnaissent comme « roi des Juifs » (Mt 2, 2) et que bientôt « de grandes foules d’étrangers marcheront à sa suite ». Sans cesse ressurgira ce contraste entre le bon accueil rencontré par Notre-Seigneur auprès des païens, et l’hostilité croissante de la part de ceux qui étaient tout désignés pour discerner son identité et sa mission.

 

On ne peut pas dire pour autant que Jésus se soit tourné vers les étrangers parce qu’il fut rejeté par les siens : la fresque inaugurale de l’activité de Notre-Seigneur nous le fait découvrir « enseignant dans les synagogues ». Il s’adresse donc en priorité à ses coreligionnaires y compris ceux venus de « Judée et de Jérusalem » ; mais il ouvre d’emblée sa prédication aux hommes de toutes les nations païennes environnantes : Syrie (le premier évangile fut probablement rédigé à Antioche de Syrie vers les années 90), Galilée, Décapole, Transjordanie. Ainsi se réalise la parole du prophète annonçant que « le peuple habitant dans les ténèbres verrait paraître une grande lumière. Sur ceux qui habitent dans le pays de l’ombre et de la mort, se lèverait une lumière ».

 

Tout au long de l’Evangile apparaîtra toujours plus clairement, en particulier à travers cette dimension universaliste qui caractérise déjà le début de son ministère, que Jésus accomplit le ministère confié à Israël : en lui la filiation préfigurative du peuple de Dieu prend corps. Aussi verrons-nous le véritable Israël se constituer progressivement autour de lui, dans le groupe de disciples qui s’attacheront inconditionnellement à sa personne et qu’il enverra en mission par toute la Terre, afin qu’ils fassent « de toutes les nations des disciples » (Mt 28, 19).

 

Dans l’introduction au ministère public de Jésus que nous venons d’entendre, son message n’est évoqué que très sobrement, en des termes proches de ceux du Baptiste (cf. Mt 3, 2), invitant à la conversion en argumentant que le « Royaume des cieux s’est approché ». Mais à la différence du Précurseur, Notre-Seigneur justifie son intervention en « guérissant toute maladie et toute infirmité dans le peuple. On lui amena tous ceux qui souffraient, atteints de maladies et de tourments de toutes sortes : possédés, épileptiques, paralysés ; et il les guérit ». Si la puissance de Dieu repose sur ce jeune Rabbi au point de lui permettre d’accomplir de tels prodiges, ne serait-ce pas que le Royaume qu’il annonce se manifeste avant tout dans sa Personne ?

 

Seigneur Jésus, en ce début d’année, accorde-nous de nous laisser surprendre par ta Parole ; de l’entendre comme si c’était la première fois qu’elle résonnait à nos oreilles. Père envoie sur nous ton Esprit que nous discernions en Jésus ton Fils “venu parmi nous dans la chair”. Esprit Saint augmente en nous la foi ; donne-nous une foi vivante par la charité, pour que nous demeurions fidèlement et toujours plus étroitement unis à Jésus et que nous nous aimions les uns les autres comme il nous l’a commandé. Dieu trois fois saint nous t’en prions, éclaire nos cœurs de ta lumière souveraine : nous trouverons alors la force d’avancer dans un monde obscur pour atteindre le pays du jour sans déclin.

 

Abbé Philippe LINK

(Visited 234 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.