Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilParole LibreBillets de Mgr Ravel (français)Mgr Ravel : un bout de chemin ensemble

Mgr Ravel : un bout de chemin ensemble

 

Comme chaque mois, retrouvez la parole libre de Mgr Ravel.

Le document final du synode sur les jeunes du mois d’octobre 2018 revient constamment sur le thème de l’accompagnement. Il en note d’abord son sens premier : « Comme l’enseigne le récit des disciples d’Emmaüs, accompagner requiert la disponibilité pour faire ensemble un bout de chemin, stabilisant une relation significative. L’origine du terme ‘ accompagner’ renvoie au pain partagé (cum pane) avec toute la richesse symbolique humaine et sacramentelle de ce repas. » (§ 92) « Une relation significative » qui soit pleinement humaine renvoie à un sens large et plein de l’accompagnement : « L’accompagnement ne peut se limiter au parcours de croissance spirituelle et à la pratique de la vie chrétienne » (§ 94).

Dans les enjeux de l’Église auprès de toute personne, mais spécialement à l’égard d’un jeune, il est impossible aujourd’hui de négliger cette façon d’être présent auprès d’une personne au nom du Seigneur. Bien entendu, une paroisse, un groupe, un mouvement « accompagnent » par l’entraide, le support de la prière, les temps de partage. Mais il me semble qu’il y a à développer le compagnonnage personnel.

Un devoir pour les anciens et un droit pour les jeunes

Et sur ce point, les « anciens » ont une responsabilité première : « Les adultes devraient être ceux qui, ‘par la pratique, ont la capacité à discerner ce qui est bon et ce qui est mauvais’ (Hb 5, 14). Ils devraient donc briller surtout par la droiture de leur conscience, qui vient de l’exercice continuel de leur faculté à choisir le bien et rejeter le mal. L’accompagnement des jeunes générations n’est donc pas un choix optionnel dans l’éducation et l’évangélisation des jeunes, mais un devoir pour l’Église et un droit pour chaque jeune. Seule la présence prudente et sage d’Éli permet à Samuel d’interpréter correctement la parole que Dieu lui adresse. En ce sens, les rêves des personnes âgées et les prophéties des jeunes n’adviennent qu’ensemble (cf. Jl 3, 1), confirmant ainsi la bonté des alliances intergénérationnelles » (§ 81).

Dieu n’a pas créé les hommes solitaires

L’accompagnement est donc un lieu précis et concret pour mettre en œuvre cette collaboration et cette connivence entre les jeunes et les vieux, selon le mot souvent cité du prophète Joël. Cette relation ne sera belle qu’avec des anciens qui rêvent de Dieu et de son Royaume. Il leur faut cette maturité humaine et spirituelle qui laisse libre tout en étant exigeant : « La profonde interaction affective qui se crée dans le cadre de l’accompagnement spirituel – ce n’est pas un hasard si la tradition s’exprime en parlant de paternité et de maternité spirituelles, et donc d’une relation d’engendrement très profonde – exige de l’accompagnateur une solide formation et la capacité à travailler avant tout sur lui-même au niveau spirituel et, en quelque mesure, au niveau psychologique » (§130).

Dieu n’a pas fait des hommes solitaires qui pourraient se passer des autres. Il les a faits libres pour répondre à ses appels. Qui nous aidera à les reconnaître ?

 

+ Mgr Luc Ravel,
archevêque de Strasbourg

(Visited 195 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.