Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilÉgliseSpiritualitéHomélie du jourHomélie du 16 décembre 2018

Homélie du 16 décembre 2018



LIRE LES LECTURES DU JOUR

 

Annonçons-nous aujourd’hui la Bonne Nouvelle à la manière de Jean-Baptiste ? 
Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ?
 Je dirais trois choses.

 

Tout d’abord, ne crois pas que l’avènement du salut est proportionnel à ton agitation à vouloir absolument convertir l’autre.
 Le Christ ne se manifestera pas
comme le résultat de notre agitation.
 Non, il nous attend dans l’amour,
la patience, la compassion, la prière. 
Notre défaut est d’en faire beaucoup trop.
 Laissons de la place à Dieu !

 

Ensuite, comme Jean-Baptiste,
 accepte pleinement la condition humaine,
 avec ses limites, ses lenteurs, ses refus. 
N’attends pas Dieu aux extrêmes !
 À toi de mettre l’autre en route.
 Préparer les chemins du Seigneur
 signifie révéler en l’autre
ce chemin par où le Seigneur va pouvoir passer.
 Le seigneur est la route.
 Il n’est pas seulement le terme. 
Le but est de faire découvrir en l’autre qu’il y a un chemin de vie par où Dieu peut passer.
 Ouvrir la voie et Dieu fera le travail de conversion. Cela prendra le temps qu’il faudra.
 Je n’ai pas à juger la manière dont Dieu agit.

 

Là est le point suivant : la réconciliation avec Dieu est un don gratuit.
 À l’opposé de ce qu’imaginent les pharisiens, 
Le salut n’est pas le trophée des champions de la loi, mais un pur cadeau. 
En tant que fils du prêtre Zacharie,
 Jean-Baptiste connaît bien le temple, la loi, les sacrifices…
Il n’en dit pas un mot. 
Il propose de revenir humblement vers Dieu,
avec un cœur contrit et plein de confiance.
 C’est tout, mais plein de respect pour l’homme.

 

En final, tout ce travail de Jean-Baptiste, que nous pouvons faire nôtre,
 consiste à éveiller l’attente du Sauveur en l’homme.
 Quand on se marche sur le chemin, c’est qu’on attend quelque chose.
 Si on s’allège, c’est pour être enrichi par un autre.

 

Si Jean-Baptiste est ravi de joie, c’est parce que le vide creusé en lui par l’attente
est enfin comblé par le Christ.
 Que sa joie soit notre joie.
Soyons heureux de Dieu,
 heureux de sa miséricorde,
 heureux de sa bonté.

 

Abbé Philippe LINK

(Visited 329 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

dernier commentaire

  • 3 verbes suffisent pour nous préparer à la rencontre avec Celui qui met toute Sa JOIE et Son ESPRIT en nous rendre BIENHEUREUX :
    Partager
    Être doux
    Rester humble

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.