lundi 17 juin 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilÉgliseSpiritualitéHomélie du jourHomélie du 10 décembre 2018

Homélie du 10 décembre 2018



LIRE LES LECTURES DU JOUR

 

« Jésus enseignait, et la puissance de l’Esprit était à l’œuvre pour lui faire opérer des guérisons ». La précision de la présence des pharisiens et des docteurs de la Loi dans l’assemblée annonce que le récit a une intention apologétique : Jésus est implicitement sommé de justifier ce qu’il fait, de rendre compte par quel pouvoir et au nom de qui il agit. Notre-Seigneur répond en interprétant la guérison du paralytique : « Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur terre le pouvoir de pardonner les péchés ». Tout est dit : « Dieu seul peut pardonner les péchés », ainsi que celui à qui il délègue ce pouvoir : le Messie, qui vient inaugurer le temps de la miséricorde.

 

Par ces quelques mots, Jésus nous conduit au cœur de la Bonne Nouvelle : en lui, « c’est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu » sur le péché qui asservissait l’homme (cf. Rm 6, 17). Prenons donc courage, ne craignons pas : « Voici notre Dieu : il vient lui-même et va nous sauver » (1ère lect.). Au cœur de notre humanité qui s’enfonce dans la nuit, une lumière a brillé ; les terres arides de nos vies de péché sont irriguées par les torrents de la miséricorde. Mais cette merveille ne se révèle qu’aux yeux de la foi. Rien ne « prouve » que ce rabbi de Nazareth dise vrai : ce n’est pas parce qu’il fait marcher un paralytique qu’il a nécessairement le pouvoir de pardonner les péchés. D’autres thaumaturges ont accompli des guérisons spectaculaires, sans pour autant prétendre absoudre les fautes. Pour que nos yeux s’ouvrent sur la signification du miracle accompli par Jésus, et que notre « bouche muette crie de joie » en voyant « le boiteux bondir comme un cerf », il nous faut nous-mêmes consentir à faire l’expérience de l’irruption de la miséricorde dans notre propre vie.

 

Oui son salut s’est fait tout proche, sa gloire est venue habiter notre terre : le Tout-puissant a jeté son Verbe dans les sillons de notre terre pour que la vérité germe au cœur de notre humanité en son Fils Jésus Christ.

 

Alors « les oreilles des sourds » s’ouvriront, et nous entendrons le message de grâce que le Seigneur nous adresse. « J’écoute : que dit le Seigneur Dieu en son Christ ? Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple par la rémission de ses péchés. Oui son salut s’est fait tout proche, sa gloire est venue habiter notre terre : le Tout-puissant a jeté son Verbe dans les sillons de notre terre pour que la vérité germe au cœur de notre humanité en son Fils Jésus Christ. Sur lui, du ciel, se penche la justice, et à travers lui le Seigneur nous donne les bienfaits de sa miséricorde » (cf. Ps 84). Ceux qui ont soif de paix et sont affamés de justice verront reposer sur lui « la gloire du Seigneur », qu’il veut nous donner en partage pour que nous participions à « la splendeur de notre Dieu » (1ère lect.).

 

Il est probable que le vieil homme en nous réagisse vivement devant de telles paroles : « Et où donc germe-t-il ce salut ? En quel lieu “la vérité et l’amour se rencontrent-ils” que nous puissions nous joindre à eux ? Où “la justice et la paix s’embrassent-ils” que nous puissions participer à leur joie ? » Mais Jésus, saisissant nos pensées, nous répond : « “Pourquoi tenir ces raisonnements ? Lève-toi” plutôt et voit : j’ai tracé pour toi “une chaussée, une voie sacrée” qui traverse le désert où tu t’es égaré, et où tu es livré en proie aux bêtes féroces. Plutôt que de maugréer dans tes broussailles arides, rejoint le cortège des “captifs rachetés par le Seigneur : ils marchent vers la Jérusalem céleste dans une clameur de joie. Là un bonheur sans fin illuminera ton visage, douleur et plainte s’enfuiront, tu habiteras l’allégresse et la joie pour la suite des temps” » (cf. 1ère lect.).

 

Seigneur ouvre les yeux de mon cœur : aujourd’hui même, je veux te “rendre gloire” pour “les choses extraordinaires” que tu accomplis pour moi et que je ne perçois même pas. Donne-moi d’être “saisi de stupeur” devant ta présence cachée mais bien réelle au cœur de ta Parole et de ton Eucharistie ; pour ton infinie patience dans ta miséricorde toujours disponible. Donne-moi de lâcher mes résistances et de consentir à la foi, afin que “l’eau jaillisse dans mes déserts, que les flots de ta tendresse changent en lac mon pays aride ; qu’au cœur de l’hiver, il se couvre de fleurs des champs ; qu’il exulte et crie de joie !” Donne-moi l’audace de croire que dès à présent, ta gloire m’est donnée en surabondance, pour que je puisse la partager avec tous ceux que le péché tient encore rivés à leur civière, parce qu’ils ne savent pas que Jésus le leur a pardonné.

 

Abbé Philippe LINK

(Visited 287 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

dernier commentaire

  • La mauvaise Foi détruit le Coeur de l’homme, et paralyse la Charité, parce qu’en cette situation il n’y a plus d’Esperance pour nous relever.

    Jésus oppose la Parole suivie d’effet à ceux qui opposent leur mauvaise foi sans raison à son Enseignement.

    Merci Seigneur Jésus de confirmer la bonne foi de ceux qui ne se laissent pas arrêter par la foule, ni l’enfermement matériel de ceux
    qui t’ecoutent, en donnant la guérison pour ceux que nous portons dans notre coeur, afin de te les présenter, comme le paralytique en cet évangile.

    Ton Espérance est le remède efficace pour notre vie défaillante, quand nous sommes blessés et fauchés par la mauvaise Foi.

    Merci Seigneur pour les Semeurs, de Ton Espérance, les Brancardiers de Ta Charité et les Secouristes de Ta Foi.

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431