samedi 25 mai 2019
Se connecter    /S'inscrire    /

Homélie du 9 décembre 2018



LIRE LES LECTURES DU JOUR

 

La voix de Jean-Baptiste continue à crier dans le désert d’aujourd’hui : « Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez la route, voici l’heure de la rencontre, de la manifestation de Dieu dans votre vie ».

 

Nous ne pouvons plus vivre comme si Jésus n’était pas venu et comme s’il ne pouvait pas se manifester à nous maintenant. Notre temps doit s’ajuster au temps de Dieu. Non pas par une fuite dans l’imaginaire et l’irréel mais au contraire, dans l’accueil de l’aujourd’hui de Dieu. A chaque instant, Dieu peut faire irruption dans notre vie. Aussi n’y a-t-il pas de temps à perdre pour Lui permettre de venir à nous. Que toutes les montagnes et collines que nous dressons entre Lui et nous s’abaissent donc. Que les ravins qui nous séparent de nos frères soient comblés car en chacun de ces frères, Dieu se donne. Que les passages tortueux de notre foi malmenée par les aspérités de la vie deviennent droits. Et que les routes déformées par notre péché soient aplanies par la grâce du pardon et de la réconciliation.

 

Oui, le Seigneur vient aujourd’hui nous visiter, nous donner force et confiance, espérance et joie. Chaque instant de notre vie doit devenir un Avent, un avènement de Dieu dans notre histoire. Dieu se dit dans notre aujourd’hui. Ne le cherchons pas trop loin alors qu’il est si proche ! Le jour au jour en publie le récit et la nuit à la nuit en transmet la connaissance, chante le psalmiste (Ps 18,3). Il nous faut ouvrir les yeux, les oreilles, le cœur car le Seigneur vient. Chaque instant peut s’ouvrir de lui-même sur l’éternité de Dieu.

 

L’Avent liturgique nous revient chaque année pour nous rappeler inlassablement cette densité du temps, de notre temps qui est devenu le temps de Jésus. De nouveau, nous sommes invités à attendre Jésus, à le désirer intensément, à provoquer son apparition. Non pas qu’il ait disparu de notre horizon, mais parce qu’il est toujours là et que nous risquons de dévaloriser le temps, d’oublier qu’il est désormais plénitude des temps,
c’est-à-dire un temps plein de sa grâce et de sa miséricorde.

À quelques jours de Noël, prenons le temps de donner du temps à Dieu. Offrons-Lui notre temps qui ne nous appartient plus et qui est désormais son bien. Le voici qui vient.

Abbé Philippe LINK

(Visited 342 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431