lundi 17 juin 2019
Se connecter    /S'inscrire    /

Homélie du 2 décembre 2018



LIRE LES LECTURES DU JOUR

 

« Restez éveillés et priez en tout temps » (Lc 21,36). Voilà, frères et sœurs, le conseil que nous donne Jésus pour vivre ce temps de l’Avent qui commence. Mais comment parvenir à prier en tout temps et à veiller sans cesse ?

La veille et la prière ne consistent pas seulement en des moments déterminés, recueillis, à genoux devant le Seigneur. Ces temps forts font bien sûr partie de la veille et de l’adoration et ce sanctuaire est un vivant témoin de ce que tout chrétien est appelé à vivre. Mais c’est surtout à un état de grâce intérieur que le Christ nous invite en nous appelant à nous tourner vers Lui.

Cette attraction de l’esprit, cet éveil du cœur, ce sentiment de l’âme font ce qu’on appelle la vigilance. Comme un murmure intérieur, paisible, ferme, qui, peu à peu, imprègne notre être tout entier.

 

La vigilance appelle tout d’abord à une attention : quelque chose n’est pas là et notre esprit est en attente. Or pour attendre, il faut patienter, c’est-à-dire pâtir, souffrir selon l’étymologie du verbe. La vigilance est donc d’abord consentement à du transitoire qui nous laisse insatisfait, consentement à la dimension temporaire de notre vie. Il en coûte parfois de vivre dans ce monde qui passe et de ne pas goûter encore à celui qui advient. Il en coûte comme de l’attente d’un enfant. Ce temps est pourtant indispensable pour se préparer au face-à-face, à la rencontre.

 

La vigilance est donc une attitude intérieure de préparation à un avènement. En quoi consiste donc cette préparation ? La règle de saint Benoît nous l’enseigne en nous apprenant que la vigilance est le premier degré de l’humilité. Est vigilant celui qui est humble, c’est-à-dire celui qui pose un juste regard sur soi, sur l’autre et sur Dieu.

 

La vigilance n’est donc pas un enfermement sur soi. Elle consiste au contraire à tisser des relations d’amour. Celui que j’attends se donne à moi dans une relation et non dans des idées, des savoirs. L’humble vigilant pose donc à chaque instant un choix, celui de l’amour qui donne et non celui de l’amour qui prend. Ce temps de préparation est un temps d’ajustement à celui qui veut se donner à moi.

 

En ce début du temps de l’Avent, Jésus nous invite à la vigilance à travers son appel à rester éveillés et à prier en tout temps. Mais sommes-nous prêts à nous ouvrir au Christ ? Vers quel avènement sont réellement tournés nos cœurs ? Vers quel désir, vers quel Avent sont orientées nos vies ? Marana tha, viens Seigneur Jésus !

 

Abbé Philippe LINK

(Visited 397 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

dernier commentaire

  • merci

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431