Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
mercredi 12 décembre 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilDossiersDécembre 2018L’amour de l’orgue : rencontre avec Marc Baumann

L’amour de l’orgue : rencontre avec Marc Baumann

Marc Baumann est organiste titulaire du grand orgue de la Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg depuis 1995, et plus récemment de l’orgue Silbermann de l’abbatiale d’Ebersmunster. Pour ce musicien passionné, l’amour de l’orgue doit se partager et se transmettre au maximum.

 

L’orgue est un instrument que l’on peut aborder à la fois par la porte d’entrée culturelle et par son rôle dans la liturgie. La première est de fait plus facilement accessible, et les propositions portées par la société civile ne manquent pas. « Un concert bien pensé permet à certaines personnes de revenir dans une église et parfois de les fidéliser. Il faut ouvrir les tribunes pour permettre aux personnes de voir et de comprendre l’orgue.  Cette ouverture peut se faire dans une démarche de partenariat et d’articulation avec les différents acteurs en lien avec l’instrument ». Pour Marc Baumann, l’orgue est un instrument qui « appartient à tout le monde. Être titulaire, ce n’est pas être propriétaire de l’orgue, c’est être un relais afin que les gens puissent se l’approprier ».

 

Je me sens dépositaire d’une histoire que je souhaite transmettre. En tant qu’organiste je suis aussi dans un rôle de conservateur par rapport à son histoire. Et ça crée un lien très fort, c’est à chaque fois un cadeau.

 

L’orgue joue aussi un rôle majeur dans le cadre des célébrations religieuses. « Toutes les expressions doivent trouver leur place dans la liturgie, mais pour passer du “dehors” au “dedans“, rien ne peut remplacer l’orgue pour planter le décor. Le jeu va varier en fonction du lieu, du type de célébrations.  Pourquoi l’orgue ?  Il remplit l’espace comme nul autre instrument.  Dans les mélanges de jeu proposés par l’instrument, il y a ce que l’on appelle le “plein jeu” qui utilise une grande partie des jeux de l’orgue.  Cela crée une ambiance sonore caractéristique, avec des vibrations et des ondes que l’on ressent si l’on est présent dans le lieu, et qui vont se propager dans tous les sens en se heurtant aux obstacles. Il n’y a que l’orgue qui puisse produire cela et si on l’enlevait, l’office n’aurait plus la même dimension. »

 

1400 orgues en Alsace

Marc Baumann rappelle l’aspect patrimonial unique de cet instrument dans notre région : « l’orgue est un instrument pratiqué par beaucoup de musiciens, amateurs ou professionnels. Il y a 1400 orgues en Alsace ! C’est le nombre le plus important au monde pour une seule région ! »

Lorsqu’on l’interroge sur ce qui le lie avec tant de passion à cet instrument, il répond sans hésiter que « c’est une relation presque charnelle ». Et au moment où nous échangions ces propos, il se trouvait face à l’orgue de l’abbatiale d’Ebersmunster : « C’est un des rares orgue Silbermann dans sa configuration d’origine, un instrument de 300 ans ! Je suis à chaque fois ému parce que j’ai la chance de toucher du doigt un orgue extraordinaire. Je me sens dépositaire d’une histoire que je souhaite transmettre. En tant qu’organiste je suis aussi dans un rôle de conservateur par rapport à son histoire. Et ça crée un lien très fort, c’est à chaque fois un cadeau ».

C’est son maître, Michel Chapuis, qui lui a transmis sa passion. Cet héritage-là, ce cadeau-là, Marc Baumann désire plus que tout le transmettre à son tour. Oui, grâce à des passionnés comme lui, l’orgue a encore de beaux jours devant lui !

Véronique Itty

 

(Visited 36 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

dernier commentaire

  • Il n’y a pas 1400 orgues en Alsace mais 1432 !

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.