lundi 17 juin 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilDossiersDécembre 2018Rencontre avec des moniales couturières

Rencontre avec des moniales couturières

Au sein de l’abbaye Notre-Dame de Baumgarten, des religieuses cisterciennes s’attèlent chaque jour, au cœur d’une vie rythmée par la prière, à confectionner des vêtements liturgiques.

Le tissu est acheté en Allemagne et devient chasuble, étole, aube ou encore nappe d’autel, grâce au talent des sœurs. Dans leur atelier, on peut admirer des étoles cousues à la main, ainsi que de magnifiques chasubles, brodées par les sœurs elles-mêmes.

 

Au service de la liturgie

Sœur Marie-Odile est responsable de l’atelier couture depuis un peu plus de deux ans. Elle raconte : « Les sœurs de ma communauté ont toujours été engagées dans ce travail. Il y a des années, elles entretenaient le linge d’Église des paroisses qui le leur apportaient. Mais ce n’était quasiment plus vivable, car c’était leur seule ressource et elle était devenue insuffisante. Actuellement, nous ne faisons plus que de la confection. »

 

Par leur travail, les religieuses contribuent à la beauté de la liturgie. « C’est une grâce de pouvoir participer ainsi à la vie de l’Église », précise Sœur Marie-Odile. Une fois par semaine, les couturières reçoivent l’aide de Josiane, modéliste à la retraite et épouse du président des amis de l’abbaye de Baumgarten. Sœur Marie-Odile insiste sur l’importance de ce soutien bénévole : « notre vie étant rythmée par la prière des heures, nous avons des temps de travail très courts. L’aide de Josiane est précieuse car elle nous permet d’avancer les commandes que nous recevons. »

 

En lien avec l’Église

L’archevêché de Strasbourg a l’habitude de commander des vêtements liturgiques auprès des religieuses cisterciennes. Les sœurs reçoivent également des demandes venant de paroisses et de prêtres, originaires d’Alsace ou d’ailleurs. « Nous avons même reçu une commande de la Martinique », souligne Josiane. C’est souvent grâce au bouche-à-oreille ou au détour d’une retraite qu’elles se font connaître. Car la communauté possède aussi une petite hôtellerie, qui lui permet d’accueillir toute personne pour une halte spirituelle ou un temps de ressourcement, mais aussi des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle.

Outre la confection, les religieuses assurent également un service de réparation et de retouche des vêtements liturgiques. Chaque sœur participe selon son âge et ses capacités. Sœur Thérèse, 93 ans, continue à faire des ourlets depuis sa chambre. Une autre sœur, atteinte de la maladie de Parkinson, aide quand elle peut. Sœur Marie-Anne, quant à elle, est la grande spécialiste de la broderie. C’est elle qui a tout appris à Sœur Marie-Odile, et qui continue à créer de beaux modèles.

Longtemps installées à Ergersheim, les sœurs sont désormais établies à l’abbaye N-D. de Baumgarten de Bernardvillé depuis 9 ans. Un déménagement qui a conduit à ce que certains les oublient un peu et se demandent si elles continuent toujours leur travail de confection. Ces ouvrières au service du Seigneur sont toujours actives et le seront jusqu’à ce que le Seigneur les rappelle à Lui.

 

Agnès Hernandez

(Visited 103 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431