Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
mercredi 12 décembre 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilParole LibreChronique : la peinture, source de ma guérison intérieure

Chronique : la peinture, source de ma guérison intérieure

 Chantal Fougerolle-Goetz a découvert, à travers l’art du dessin et de la peinture, un chemin vers le Christ. Elle témoigne.

 

Quand j’étais petite, je me sentais attirée par Dieu. Mais après mon mariage, je me suis éloignée du chemin de Dieu. En effet, six semaines après notre union, mon mari est devenu  paraplégique accidentellement. Je me suis alors dit : « Mais qu’est-ce-que j’ai fait au Bon Dieu ? » La vie a pourtant continué et nous avons eu la chance d’avoir deux enfants. Je m’occupais beaucoup de mon mari et de mes enfants, mais il y avait en moi une grande solitude.

Un jour, sur la route des vacances, un nouvel accident de voiture est arrivé ! Je suis alors tombée dans une profonde dépression, c’était comme une nuit de l’âme. Après l’accident, je suis partie me reposer au sanctuaire Notre-Dame des Trois-Épis. Je me sentais vide de tout, comme si la petite flamme de foi de l’enfance s’était éteinte. Heureusement, aux Trois-Epis, des anges « terrestres » m’ont aidé, grâce à leur écoute et leur compréhension.

Mystérieusement, de retour à la maison, j’ai commencé à dessiner : mes dessins sont sortis comme un cri, en noir et blanc. J’avais en moi ce désir de m’en sortir. Un jour, ma maman m’a dit : « Pourquoi ne mettrais-tu pas de la couleur dans tes dessins ? » Le premier dessin en couleur, c’était une barque qui sortait de la tempête. C’était bon signe. Petit à petit, j’ai remonté la pente.

 

J’ai redécouvert ma foi de petite fille. En fait, Dieu ne m’avait jamais abandonnée, c’est moi qui m’étais éloignée de Lui.

 

Un jour à l’église, en entendant le chant « Laisse-toi regarder par le Christ », j’ai fondu en larmes. Par la suite, j’ai étudié la théologie et j’ai accompagné des enfants vers la première communion. Ma vie a continué auprès de mon mari, pour qui j’étais l’infirmière, tout en me donnant à ma passion, la peinture. J’ai redécouvert ma foi de petite fille. En fait, Dieu ne m’avait jamais abandonnée, c’est moi qui m’étais éloignée de Lui.

J’ai beaucoup de chance d’avoir la foi, je le sais, mais ce que j’ai vraiment besoin de partager, c’est de dire que tous les espoirs sont permis, même dans le pire des désespoirs et nous n’en manquons pas dans ce monde. Il suffit simplement de se pardonner, d’accepter de prendre le petit enfant que nous sommes tous, et de lui permettre de parler à Dieu. « Laissez venir à moi les petits enfants » (Marc 10, 14), car c’est à ceux qui leur ressemblent que le royaume des Cieux appartient.

 

Chantal Fougerolle-Goetz,
artiste peintre

(Visited 14 times, 1 visits today)

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.