mardi 16 juillet 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilLaudato SiLaudato Si : quand les lunettes voyagent…

Laudato Si : quand les lunettes voyagent…

Située à Hirsingue, l’association Lunettes sans Frontière (LSF) a pour objectif de collecter des lunettes usagées en bon état pour les faire parvenir à des personnes démunies en France et dans le monde entier.

Créée en 1974 par le père capucin François-Marie Meyer, l’association compte actuellement une trentaine de bénévoles. Ils se relayent tous les jours pour donner une seconde vie aux lunettes, souvent oubliées dans un fond de tiroir. Cette idée a germé dans l’esprit de celui qui était alors aumônier des personnes aveugles du Haut-Rhin, au retour d’un voyage en Afrique. Il y a découvert qu’une paire de lunettes coûtait l’équivalent de 7 mois de salaire d’un instituteur à Kombissiri (Burkina Faso).

Trier et nettoyer les verres

L’association est située à Hirsingue dans le sous-sol de l’ancien couvent des capucins. Dans une première salle, des rayonnages entiers de cartons sont remplis de lunettes et de colis prêts à être expédiés. L’atelier n’en est pas moins imposant : les bénévoles y sont à l’œuvre pour trier et nettoyer les lunettes. Plusieurs focomètres leur permettent de déterminer la correction des verres sur lesquels sont annotées les dioptries correspondantes. Les lunettes sont alors expédiées en réponse à une demande précise accompagnée d’une ordonnance. Les tâches sont diverses et les bénévoles se relayent en fonction de leur disponibilité. Cette souplesse est inhérente à l’esprit et à l’éthique insufflés par le père François : une organisation basée sur la confiance et le traitement attentif de chaque demande dans le seul but de venir en aide à la personne démunie qui en bénéficiera.

 

80 000 lunettes par an

Denis Schicklin, président de LSF, souhaite poursuivre sans relâche l’œuvre caritative initiée par le père François, son père spirituel. « J’ai accepté cette présidence sans vraiment réfléchir. Je suis heureux d’y expérimenter les valeurs de charité, de l’amour du prochain et de l’entraide envers ceux qui sont le besoin ». Il évoque avec reconnaissance les courriers de remerciement poignants reçus par les bénéficiaires, ainsi que les initiatives collectives ou individuelles de collectes en France ou dans les pays voisins. Il souligne l’important soutien des donateurs, particuliers ou clubs, sans qui l’association ne pourrait subvenir aux frais d’expédition. Car ce sont près de 80 000 paires de lunettes qui sont envoyées tous les ans, ce qui représente environ 500 euros de frais d’expédition par semaine.

Si les demandes augmentent, le stock est globalement suffisant, sauf parfois pour les lunettes de faible correction. Toutefois, la proportion de lunettes inutilisables est en hausse du fait d’un nombre accru de lunettes progressives, ce qui pose la question de leur devenir en tant que « déchets » et des frais liés à ce traitement. Quant à la question de sa relève, Denis Schicklin reste confiant même si la préoccupation est bien réelle : « si la demande continue à venir d’en haut, ça se fera ». Autrement dit, tant que la Providence veillera sur l’association, elle pourra continuer à éclairer le regard de bien des personnes par le monde.

 

Véronique Itty

(Visited 75 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431