samedi 25 mai 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilLaudato SiLaudato Si : l’écologie intégrale, c’est la santé !

Laudato Si : l’écologie intégrale, c’est la santé !

Dans son encyclique sur l’écologie Laudato Si, le pape François souligne avec force combien « la dégradation de l’environnement comme la dégradation humaine et éthique sont intimement liées » (56). Il en est ainsi de la santé.

 

Dans les pays du sud, le réchauffement climatique entraîne la baisse tendancielle des rendements agricoles avec pour conséquence l’aggravation de la malnutrition et des maladies graves. Par ailleurs, il favorise le développement du paludisme.

 

Dans les pays riches, la diffusion massive dans l’environnement de molécules dangereuses pour la santé a fini par engendrer des « maladies du siècle », notamment le cancer. On peut citer la présence de résidus de pesticides dans l’eau de nos rivières et dans nos aliments, conséquence de l’utilisation à grande échelle de pesticides dans l’agriculture. On peut aussi évoquer l’accumulation de particules fines dans l’air que nous respirons, en lien avec les moteurs diesel, et de dioxines liées à l’incinération des déchets. Enfin, il ne faut pas oublier la présence de perturbateurs endocriniens dans certains plastiques utilisés pour fabriquer des objets de la vie quotidienne (jouets, emballages etc.), ainsi que dans les produits alimentaires industriels bourrés d’additifs (colorants, antioxydants, etc.).

 

Plus globalement, le pape François nous rappelle que « lorsqu’un environnement est désordonné, chaotique ou chargé de pollution visuelle et auditive, l’excès de stimulation nous met au défi de construire une identité intégrée et heureuse » (147). Cela vaut tant pour le cadre de vie fortement dégradé dans certains quartiers des villes que pour les conditions de travail dictées par la recherche à tout prix de la compétitivité. À cet égard, la souffrance au travail – qu’elle soit physique ou morale – ainsi que la multiplication des emplois précaires, sont la conséquence inéluctable d’un système économique fondé sur « la maximisation du gain qui tend à isoler toute autre considération » (195).

 

En tout état de cause, le pape François nous invite instamment à « miser sur de nouveaux styles de vie » (203 à 208) : se nourrir sainement, privilégier les transports décarbonés ou collectifs, ne pas gaspiller, réutiliser, réparer plutôt qu’acheter systématiquement du neuf, etc.

 

À l’échelle planétaire, le constat est sans appel : « ce sont les pauvres qui souffrent davantage des plus graves effets de toutes les agressions environnementales » (48), notamment sur le plan de la santé. C’est pourquoi « une approche écologique se transforme toujours en approche sociale qui doit intégrer la justice dans les discussions sur l’environnement, pour écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres. » (49).

 

En tout état de cause, le pape François nous invite instamment à « miser sur de nouveaux styles de vie » (203 à 208) : se nourrir sainement, privilégier les transports décarbonés ou collectifs, ne pas gaspiller, réutiliser, réparer plutôt qu’acheter systématiquement du neuf, etc. Cette recherche de « sobriété, d’une capacité de jouir avec peu » (222) et de « vivre mieux chaque moment » (223) est bonne pour la planète, et par conséquent bonne pour notre santé. Mieux encore, « vécue avec liberté et de manière consciente, la sobriété est libératrice » (223) !

 

Philippe Girardin et Jacques Muller

(Visited 79 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431