dimanche 16 juin 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
AccueilÉgliseSpiritualitéHomélie du jourHomélie du 30 septembre 2018

Homélie du 30 septembre 2018



LIRE LES LECTURES DU JOUR

 

« Celui qui entraînera la chute d’un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait qu’on lui attache une meule au cou et qu’on le jette à la mer ! »

 

Cette mise en garde est cinglante !
En effet, celui qui utiliserait cette « supériorité » spirituelle pour faire tomber un croyant qui n’est pas assez affermi, ou qui empêcherait un petit d’accéder au salut,
celui-là mérite un anéantissement sans pitié ;
car il se fait collaborateur de Satan.

 

Cette mise en garde est à prendre très au sérieux, car nous ne sommes pas à l’abri d’un contre-témoignage, ne serait-ce qu’en risquant de faire chuter un petit par de mauvais exemples de conduite contradictoires avec l’Évangile.

 

Mais l’homme peut aussi se séduire lui-même. C’est le sens des images fortes que Jésus emploie pour signifier le siège des convoitises mauvaises : la main ou le pied qu’il vaudrait mieux couper, s’ils conduisent au péché,
l’œil qu’il vaudrait mieux arracher, s’il fait succomber à la tentation…

 

Bien sûr, ces images sont à prendre au sens figuré : il ne s’agit pas d’atrophier nos corps,
mais plutôt de prendre les mesures les plus énergiques pour couper avec ce qui voudrait nous séduire. Un homme spirituellement partagé ne parvient pas à Dieu,
il lui faut couper radicalement avec ce qui l’éloigne de Dieu.

 

C’est ainsi qu’il nous faut comprendre la lettre de saint Jacques : si tes richesses sont pour toi une cause de chute, sépare-toi d’elles.
Si elles te rendent sourd aux cris des malheureux, ou injuste vis à vis de ceux qui dépendent de toi,
ou insensible à la souffrance de tes frères,
alors il vaut mieux couper avec elle que d’être jeté dans la géhenne.

 

Le Seigneur nous sauve pour que nous devenions saints,
il nous attire à la sainteté pour que notre vie témoigne de lui, et notre vie doit témoigner, car il nous a appelé non pas seulement pour nous,
mais pour sauver tous les hommes.

 

Nous pouvons nous souvenir de ce que disait le bienheureux Charles de Foucauld : « Mon apostolat doit être l’apostolat de la bonté. 
En me voyant, on doit dire : puisque cet homme est bon, sa religion doit être bonne… 
Je voudrais être assez bon pour qu’on dise : si tel est le serviteur, comment donc est le Maître ? »

 

 

Abbé Philippe LINK

(Visited 353 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Choose Your Style

Easily switch between different site layouts and header styles

SITE LAYOUT

HEADER STYLE

Facebook259
Facebook
YouTube391
YouTube
Pinterest139
Pinterest
Instagram431