Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
mercredi 12 décembre 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilParole LibreBillets de Mgr RavelMgr Ravel : Et vous, que dites-vous ?

Mgr Ravel : Et vous, que dites-vous ?

 Comme chaque mois, retrouvez la parole libre de Mgr Ravel.

 

On se gargarise de nos avancées en sciences humaines, en pédagogie par exemple, avec ses applications redoutables et rapides sur des classes d’enfants. La méthode « active » où l’élève participe plus que dans les cours magistraux fait partie des poncifs de la modernité. Hélas pour les découvreurs, c’est souvent l’ignorance des Anciens qui donne ce sentiment satisfait de découvrir du nouveau. Prenons un exemple précis.

 

Comme c’est le cas à Rome, nous allons, en Alsace, donner la parole aux jeunes de plus de seize ans. Et pour que leurs paroles soient denses, nous procédons par des jeux d’échanges entre eux et avec le monde. Cela est-il si nouveau ?

 

Que fit Jésus, il y a vingt siècles ? Un chapitre de saint Matthieu nous éclaire grandement. Jésus y met en garde ses disciples contre le levain des pharisiens et des sadducéens, et l’Évangéliste précise qu’il s’agit de leur enseignement (Mt 16, 12). Nous sommes donc en plein débat d’idées. Cette mise à l’épreuve du Christ (16, 1) est encore accentuée par l’incompréhension systématique des disciples (16, 9 et 11) qui prennent tout au premier degré. Au fond, la situation intellectuelle est quasi désespérée entre les adversaires qui ne veulent pas comprendre et les partenaires qui ne peuvent pas comprendre. Il y a de quoi se taire ou changer de pédagogie. Le Christ opte pour la deuxième solution, de façon étincelante.

 

Pédagogie de Jésus

Il entraîne son groupe près des sources du Jourdain, certainement pour une mise en retrait, loin des bords du lac où grouillent les foules, les discours de controverses, les joutes verbales sans fin qui ruinent l’intelligence. À l’écart, Jésus inverse les rôles et il interroge ses disciples.

 

Dans un premier temps, il leur demande ce que pensent les autres : « Au dire des gens, qu’est le Fils de l’homme ? » (16, 13) Disons-le autrement : «  Que véhicule l’opinion publique sur moi ? Que disent les medias ? » Le Christ est subtil : il ne les questionne pas sur la pensée des autres, inconnue de l’extérieur, mais sur ce qui s’échange dans le monde. Il sait que nous pensons et que nous croyons sur une toile de fond, sur le tissu des opinions souvent très diverses que les bavardages ou les médias tissent autour de nous. Nous ne sommes pas dans la caverne d’un ermite isolé du monde. La pensée des apôtres émerge de ce fatras d’opinions pour accéder à une vérité unique par la bouche d’un seul.

 

Dans un second temps, il les interroge sur eux-mêmes : « Vous, que dites-vous que je suis ? » (16, 15) Il les écoute dire leur pensée personnelle. On les a vus souvent échanger entre eux, derrière le dos du Christ. Maintenant ils s’expriment en face, avec leur pensée et leurs mots, délaissant les multiples opinions des gens pour relire leur expérience personnelle.

 

Malgré le monde, la foi avait fait son chemin en eux. Et ils ont pu l’exprimer.

 

Mgr Luc Ravel,
archevêque de Strasbourg

(Visited 206 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.