Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
jeudi 15 novembre 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilÉgliseSaint Léon IX : retour sue la vie du pape alsacien

Saint Léon IX : retour sue la vie du pape alsacien

Unique pape alsacien, Bruno est né à Eguisheim le 21 juin 1002, dans une famille aristocratique.

 

A cinq ans, il est confié à l’évêque Berthold de Toul pour suivre sa scolarité à l’école cathédrale avant d’entrer dans le chapitre de la cathédrale. Il est ordonné diacre en 1025 et il est consacré évêque le 23 mai 1026.

 

De Toul à Rome

Durant son épiscopat, Bruno s’inscrit dans un mouvement réformateur, s’inspirant de Cluny et s’attachant à réformer les mœurs de son clergé diocésain. Il mène une vie humble et pieuse.

Pendant ce temps, la papauté traverse une période difficile. Un différent entre l’empereur et la grande famille romaine « faiseuse de papes » conduit à l’existence simultanée de deux papes. Pour sortir de cette situation, l’empereur convoque un concile en décembre 1046 pour démettre les deux papes concurrents. Les deux papes suivants désignés par l’empereur sont assassinés. Il faut donc trouver un candidat dont la moralité soit irréprochable et qui se fasse adopter par les romains. Le 1er février 1049, Bruno est intronisé sous le nom de Léon IX.

 

Un pontificat réformateur

Léon IX est habité par plusieurs convictions : le clergé doit mener une vie irréprochable ; l’empereur ne doit pas s’immiscer dans les affaires de l’Église. Il commence son pontificat romain dans l’esprit de la réforme clunisienne. Il ouvre le chantier de la réorganisation du gouvernement du Saint-Siège. Pour faire barrage au clientélisme romain, des postes sont confiés à des « étrangers ». Mais, comme toute réforme, celle de Léon IX a du mal à s’imposer. Un concile convoqué dès le début de son pontificat trouve les évêques français et allemands absents.

Qu’à cela ne tienne ! Puisqu’ils ne viennent pas à lui, Léon IX ira vers eux. En octobre 1049, le concile de Reims prononce l’excommunication et la déposition de plusieurs évêques. Des directives canoniques sont également promulguées contre l’usure, le port des armes par les clercs, le contrôle de l’accès aux charges ecclésiastiques, la protection des pauvres…

 

Léon IX est habité par plusieurs convictions : le clergé doit mener une vie irréprochable ; l’empereur ne doit pas s’immiscer dans les affaires de l’Église. Il commence son pontificat romain dans l’esprit de la réforme clunisienne.

 

Léon IX convoquera 12 conciles, sillonnant les routes pour poursuivre la réforme de l’Église. Il devra faire face également à cette hérésie propagée par Bérenger de Tours : pour ce dernier, la présence du Christ dans l’Eucharistie n’est que spirituelle et non réelle.

Mais l’événement le plus marquant de ce pontificat sera le prélude au grand schisme entre l’Occident et l’Orient. Les relations entre l’Église de Rome et celle de Constantinople s’étaient dégradées autour de la question du Filioque depuis 1014. Pour le patriarche Michel Cérulaire, cette doctrine étant hérétique, il avait ordonné la fermeture de toutes les églises latines à Constantinople. Initialement prévue pour ouvrir le dialogue entre les Églises, une délégation envoyée à Constantinople par Léon IX va conduire au fiasco. Le pape Léon IX n’y sera pour rien puisqu’il meurt le 19 avril 1054 alors que la délégation n’est pas encore arrivée à Constantinople. Même si elle n’a plus aucune autorité, celle-ci excommuniera le patriarche Cérulaire qui en retour jettera l’anathème sur tous les membres de la légation.

 

Hervé Jégou

(Visited 27 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.