Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
jeudi 15 novembre 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilÉgliseDéposition et reconnaissance de relique au couvent d’Oberbronn

Déposition et reconnaissance de relique au couvent d’Oberbronn

 Au couvent d’Oberbronn, le 10 avril 2018, Mgr Luc Ravel a présidé une célébration préparatoire à la béatification de mère Alphonse-Marie. Après avoir été authentifiées, les reliques de la future bienheureuse ont été placées dans un nouveau petit cercueil après qu’une partie en ait été prélevée. Bernard Xibaut, chancelier du diocèse, en explique le sens.

 

Avant la béatification, il était important de reconnaître les reliques ou les « restes » de la future bienheureuse et d’en prélever une petite partie pour les distribuer, en particulier, aux communautés des sœurs réparties à travers le monde. Il y a aussi un aspect conservatoire. Un spécialiste venu de Rome a examiné tous ces ossements, en a fait l’inventaire et les a traités pour qu’ils se conservent. L’ensemble a été mis dans un petit cercueil placé dans la chapelle latérale de la grande chapelle de la maison-mère réservée aux sœurs aînées. Ces reliques sont ainsi confiées à la congrégation.

 

 

Je cherchais souvent des endroits solitaires où l’on ne pouvait me trouver. Je m’asseyais, levais les yeux vers le ciel, j’élevais mes mains jointes et priais : ‘ O mon Jésus, accorde-moi de devenir une enfant pieuse et que je te sois agréable ! Oh, je veux t’appartenir entièrement‘.

Mère Alphonse-Marie, âgée de six ans (Vie I, 11)

 

D’un point de vue canonique, l’authentification des reliques avait déjà été faite en 1950 par Mgr Weber lors de l’exhumation du corps de la tombe qui se trouvait au cimetière des sœurs à Niederbronn. Nous avons reconnu le sceau de Mgr Weber et, sur cette base, Mgr Ravel, par son sceau, a authentifié cette transmission.

 

En communion

Les reliques sont parfois regardées avec suspicion à cause de tous les abus qui ont pu les entourer. Pour nous ici, il s’agit de ce qui reste du corps de mère Alphonse-Marie. Dans la foi, nous disons qu’elle est bienheureuse. De ce fait, ce qui reste de son corps est un moyen d’entrer en communion avec elle. C’est un peu comme dans n’importe quelle famille où on va se recueillir sur la tombe des parents. Pour ceux qui ont assisté à cette déposition, c’était très émouvant de voir ces petits bouts d’ossements.

 

À travers la proximité de ce corps qui reste au milieu de nous, nous sommes en communion avec celle qui est aujourd’hui dans la joie du ciel. Parmi les reliques, une côte a été prélevée en raison de sa proximité avec le cœur. Elle sera déposée dans un grand reliquaire exposé pendant la célébration de béatification.

Les autres reliques prélevées seront distribuées avec parcimonie afin de pouvoir répondre à l’avenir aux demandes de tous ceux qui se réclament de la spiritualité de mère Alphonse-Marie.

 

Bernard Xibaut

 

(Visited 250 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.