Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
lundi 24 septembre 2018
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilParole LibreÉdito : Le temps des héros

Édito : Le temps des héros

Chaque mois, retrouvez l’édito de Marc Larchet, directeur du service de communication du diocèse d’Alsace.

Près de deux milliards de Terriens ont suivi en direct la finale de la Coupe du monde de football entre la France et la Croatie le 15 juillet dernier. D’après les sismologues, la terre aurait même tremblé à chaque but devant l’impact des sauts des supporters ! En France, plus de 20 millions étaient devant leur écran sans compter les centaines de milliers rassemblés dans les lieux publics. Une mobilisation rarissime qui révèle l’attrait exceptionnel du football dans nos sociétés.

Les manifestations de joie qui ont suivi resteront dans la mémoire collective comme la marque d’un besoin de communion nationale autour de héros porteurs d’une image de la France. Et cette image ne manque pas de susciter, dans l’atmosphère actuelle de crainte devant l’arrivée importante de réfugiés et de migrants venant d’Afrique et du Moyen-Orient, interrogation mais, espérons-le aussi, espoir. En effet, et les extrémistes de tout poil n’ont pas hésité à s’en offusquer dès le lendemain de la finale, l’équipe de France est composée de joueurs revendiquant leur attachement à la France mais originaires, pour beaucoup d’entre eux, d’Afrique. Ils sont les enfants ou les petits-enfants de parents ayant quitté leur pays d’origine pour trouver un nouvel espoir de vie en France. Ce sont des migrants, venus apporter leur talent dans notre société et dont les enfants portent la fierté nationale.

Ces « héros », adulés par tant de gens et en particulier par les jeunes, n’ont eu de cesse d’affirmer leur attachement à la France. Cette réalité n’est pas nouvelle, elle est le creuset de la fondation d’un pays ouvert à la différence et qui construit son identité dans l’intégration de populations venant d’ailleurs. Pour rester dans le football, on ne peut oublier les Kopa, Platini, Zidane, tous fils de migrants et qui ont porté haut les couleurs nationales.

Que cet engouement pour une équipe aux multiples couleurs transforme les cœurs, fasse disparaître la peur de l’autre et facilite l’ouverture de nos frontières à ceux qui seront demain de nouvelles richesses humaines pour notre pays !

Je parlais de héros et, en employant ce mot, je ne peux vous cacher mon malaise. Ce terme n’est-il pas outrancier pour des hommes, certes des vainqueurs, mais dont le quotidien est consacré à taper dans le ballon pour offrir un beau spectacle, susciter l’allégresse, souvent passagère, tout en recevant des rémunérations qui laissent rêveurs bon nombre de gamins de nos banlieues. Ne sont-ils pas le reflet d’une société du paraître, du superflu, les instruments d’un système où l’argent est roi, où l’image de soi est avant tout un vecteur publicitaire ?

 

…en quoi un Paul Pogba restera une référence dans un siècle comme une sœur Alphonse-Marie,  fondatrice des Sœurs du Très Saint-Sauveur de Niederbronn, l’est encore aujourd’hui pour bon nombre de personnes ?

 

Je suis prudent dans mon questionnement car il serait trop facile de discréditer des hommes (mais cela pourrait être aussi des femmes, même si dans le sport comme dans le reste de notre société, les résultats féminins ont un impact inférieur à celui des hommes, encore un effort à faire !) qui se sont imposés des exigences de vie difficiles pour développer au mieux leur talent et qui, souvent discrètement, s’engagent dans des actions de solidarité pour permettre à ceux qui n’ont pas eu leur réussite d’être mieux respectés.

Finalement n’est-ce pas avec le temps que nous pourrons juger de leur héroïsme au regard des traces bienfaitrices qu’ils laisseront auprès des générations à venir ? Je vais oser un rapprochement qui vous paraîtra peut-être singulier : en quoi un Paul Pogba restera une référence dans un siècle comme une sœur Alphonse-Marie,  fondatrice des Sœurs du Très Saint-Sauveur de Niederbronn, l’est encore aujourd’hui pour bon nombre de personnes ?

J’ai été ému par le nombre d’intentions de prières déposées dans le livre de prières mis à disposition dans la chapelle de la maison-mère d’Oberbronn demandant l’intercession de mère Alphonse-Marie pour solliciter l’aide de Dieu. Son engagement au service des plus pauvres, sa capacité à entraîner à ses côtés de nombreuses femmes pour servir le monde au nom de Dieu, reste un exemple aujourd’hui encore pour nos sociétés. La marque des héros, la marque des saints. Le résultat d’une vie offerte aux plus petits. Un exemple pour nos propres choix de vie.

 

Marc Larchet

(Visited 32 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.