Contact





OuiNon

m
Connectez avec:
mardi 22 janvier 2019
Se connecter    /S'inscrire    /
  • Pas de produits dans le panier
AccueilLaudato SiUn label vert pour les paroisses de France

Un label vert pour les paroisses de France

L’année dernière, les Églises chrétiennes de France ont lancé l’initiative Église verte. Ce label souhaite favoriser la « conversion écologique » des paroisses.

La théologie de la Création est partagée par l’ensemble des chrétiens. Le label Église verte est donc une démarche œcuménique, s’adressant à toutes les communautés chrétiennes qui veulent s’engager pour le soin de la Création : paroisses mais aussi œuvres, mouvements, monastères et établissements chrétiens.

Les initiateurs se sont inspirés des Églises européennes qui ont déjà franchi le pas. Les « Congrégations vertes » en Norvège, le label « Coq vert » en Allemagne ou encore les « Eco-church » britanniques. Pour développer le volet français du label, une dizaine de paroisses pionnières se sont lancées dans l’aventure en septembre 2017.

Parmi elles, la paroisse protestante de Haguenau et son représentant, Alain Mastio : « Cela faisait plusieurs années que le conseil presbytéral souhaitait engager la paroisse dans une démarche verte. » Et le pasteur Daniel Bernhardt de préciser : « C’est un sujet d’actualité auquel nous étions déjà sensibles. D’une certaine manière, en tant que chrétien, on ne peut pas adorer Dieu si on ne respecte pas la nature. »

Pourtant, commencer est souvent difficile, tant les enjeux sont immenses et les solutions semblent complexes. Église Verte a donc pour objectif d’aider une communauté à démarrer ou à renforcer sa démarche et de l’accompagner dans sa progression.

 

Des étapes faciles à accomplir

Ce cheminement se fait en plusieurs étapes. « La première chose, c’est d’avoir le souhait de se lancer, ainsi que la motivation », explique Alain. Franchir cette première démarche est sans doute le moins évident : « Le plus dur, c’est de mobiliser et d’être convaincu que l’Église a sa part à jouer. » Il est donc nécessaire de constituer un groupe, même petit (deux à six personnes), pour mener le projet.

Ensuite, c’est ensemble que l’éco-diagnostic sera rempli. Cet état des lieux permet de prendre conscience de ce chaque communauté a déjà̀ fait. « Souvent, on agit déjà de manière simple, en triant les déchets ou en éteignant les lumières par exemple », précise Alain. Une étape « facile et encourageante », qui permet par la suite de discerner des actions à mettre en place.

 

…on pense tout de suite à des choses qui coûtent généralement cher, comme le changement de la chaudière, par exemple, alors que l’on peut démarrer par des choses bien plus simples. Récupérer l’eau de pluie, réserver les salles en fonction de la taille du groupe !

 

Enfin, le diagnostic rempli est envoyé à Église verte. En retour, celle-ci précise le niveau atteint par la communauté. Du côté de Haguenau, il a été décidé d’engager des actions dans les cinq domaines du label. On peut notamment citer l’organisation d’une grande fête consacrée au label (volet célébration et catéchèse) ou l’équipement en LED de l’éclairage du temple (volet bâtiment-énergie).

Concernant ce dernier point, Alain Mastio précise que l’« on pense tout de suite à des choses qui coûtent généralement cher, comme le changement de la chaudière, par exemple, alors que l’on peut démarrer par des choses bien plus simples. Récupérer l’eau de pluie, réserver les salles en fonction de la taille du groupe ! C’est au fil des années que l’on va s’enhardir. S’engager auprès du label ne doit pas être une contrainte ». Il s’agit avant tout d’une démarche collective menée en paroisse pour amener chacun à reproduire ensuite chez soi les bons gestes.

Bénédicte BOSSARD

 

Informations et coût : https://www.egliseverte.org

(Visited 36 times, 1 visits today)

Etiquettes

Partager

Aucun commentaire

Laisser un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.